comment embrasser

Comment embrasser ?

 Pour embrasser, la formule n’est pas aussi claire que celle du théorème de Pythagore mais ça vaut le coup de se lancer !!!

Dr Catherine Solano, le 11/02/2005

N’oublie pas l’essentiel !
On embrasse d’abord avec son cœur, beaucoup plus qu’avec ses lèvres ou sa langue. Le baiser est le premier des contacts corps à corps. Ce geste véhicule donc l’émotion que l’on ressent. Et sans émotion, une caresse, un massage, ou un baiser ne valent rien.

Caresse avec tes lèvres !
Embrasser, c’est caresser, câliner avec sa bouche. On peut commencer par les lèvres pour leur permettre de faire connaissance les unes avec les autres, les toucher, les effleurer, les mordiller, les explorer avec la langue. Enserrer entre les siennes une des lèvres de son amoureux (se) …

Ne grille pas les étapes !
L’essentiel, c’est de ne pas zapper ce moment où la bouche est encore fermée, ne pas aller directement au baiser profond avec la langue. Car le baiser, comme l’acte sexuel, aime les préliminaires. Et puis, pensez aussi à varier les plaisirs avec des baisers sur le visage avant de revenir à ses lèvres…

Détends-toi !
Quand les deux bouches s’entrouvrent, c’est le souffle de la vie qui passe. On se trouve au contact de la profondeur du corps de l’autre que l’on pénètre avec sa langue. Ca ressemble à l’acte sexuel, et c’est pour cette raison qu’un baiser, c’est si intime.

Suis ton feeling !
Que faire avec sa langue ? C’est comme demander pour une caresse, que faire avec ses mains ? Il n’existe qu’une réponse : tout ce que votre imagination est capable d’inventer !
Caresser la langue de l’autre pour percevoir sa chaleur, sa texture, explorer son palais, ses gencives et même ses dents, mordiller sa langue… Il n’existe pas de technique garantie ! Ceux qui pensent qu’il faut tourner sa langue autour de celle de l’autre cinq fois dans un sens puis cinq fois dans l’autre passent à côté de l’inspiration et de la poésie !

Oubli la technique !
Sache qu’on embrasse comme on aime. Si c’est juste un essai technique, ça se sentira ! Si c’est la première fois et qu’il y a beaucoup d’amour ou de désir, ça se perçoit aussi très bien, et c’est forcément réussi. Si ce baiser est pour l’autre juste un moyen de passer à des choses plus sérieuses, s’il pense seulement à faire l’amour, le baiser sera ressenti comme bâclé. Et c’est dommage ! Le meilleur conseil que l’on puisse donner pour réussir un baiser c’est : choisissez bien votre partenaire. C’est ce qui compte le plus !

igituba

skip to main | skip to sidebar

IGITUBA
IGITUBA NI BLOG IGANIRA KU BYEREKERANYE N’IMBORO N’IGITUBA,UBURYO BWO GUSWERA.UMUCO NYARWANDA UREBANA N’IBYO BITSINA.TURABIKUNDA TUKABITINYA.IGITUBA N’IMBORO BIDUTERA ISONI KANDI ARIHO DUKOMOKA.

UK People Finder Instantly Trace Anyone in the UK – Find Lost Friends & Family Today

TUGANIRE KURI BLOG IGITUBA-NTA RUFUNGUZO USABWA SHYIRAMO IZINA RYAWE GUSA UTUBWIRE ICYO UTEKEREZA!

MWAMI

Uyu ni Mwami umusomyi ukunda gufasha abandi basomyi b’iyi blog. Ntagira isoni zo gusobanura ibigoye, azi ko isoni zirisha uburozi
LATOUTE

Uyu ni Latoute, ntahwema gususrutsa uru rubuga. Azi ko isoni zirisha uburozi yiyemeje kuganiriza urubyiruko ibirureba
GATERNELSON

Gatarayiha Ernest Nelson, umujyanama kabuhariwe udatenguha abasomyi b’iyi blog. Na we ni umwanditsi afite site ye yitwa www.inama-nziza.blogspot.com.
AMAKURU NYAFURIKA
Zimbabwe: China denies weapons shipped to Zimbabwe
China today denied that a Chinese ship carrying arms to Zimbabwe had managed to get its cargo to the landlocked African nation, saying the ship and the weapons were on their way back to China. Zimbabwe »s Deputy Information Minister Bright Matonga would not comment at the weekend on reports …
Read at SABCNews – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

South Africa: « The Poor Have Turned on the Poor »
Upwards of 40 people are said to have been killed and some 15,000 displaced in South Africa during more than a week of violence directed mainly against foreigners. The attacks started in the poor Johannesburg settlement of Alexandra, one of the so-called townships established to house black, mixed race and …
Read at IPS Africa – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Zimbabwe: Ruling Party Terrorises Voters
« It?s a very traumatized community. Their crime on the 29th March election, at that polling station called Chaona, there were about 80 votes for the MDC and 15 votes for ZANU-PF. So that is the offence they committed. This is the price they are paying. And that is what Retired …
Read at IPS Africa – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Ethiopia: Grenade injures Somali head in Ethiopia
Addis Ababa – A grenade tossed into a crowd in Ethiopia »s volatile Somali region on Monday wounded the local president and several other people celebrating a national holiday, officials said. The government quickly blamed the attack on the Ogaden National Liberation Movement (ONLF), separatist rebels who have been increasingly …
Read at IndependentOnline – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Zimbabwe: A wee problem with this cooking oil…
A Zimbabwean man has been jailed for two years after he sold urine to residents in a mining town claiming it was cooking oil, a state daily reported on Thursday. The Herald newspaper said Piccard Mudzingwa, 28, approached one of the victims at a bus terminus in the southern …
Read at IndependentOnline – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Sudan: SADC lawyers speak out
Xenophobia is a betrayal of some of the major goals of South Africa »s democratic struggles, the Southern African Development Community (SADC) Lawyers Association said on Thursday. Spokesperson and president, Sternford Moyo, said: « Xenophobic violence is the antithesis of the new societies people of Southern Africa sought to create when …
Read at IndependentOnline – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Zimbabwe: Tsvangirai to go back home
Zimbabwean opposition leader Morgan Tsvangirai said on Thursday he will return to his country on Saturday. « I am going home tomorrow, I mean Saturday, it is the same thing, » Tsvangirai said in Alexandra township on a visit to Zimbabwean refugees of South Africa »s xenophobic violence which has killed 42 …
Read at IndependentOnline – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Kenya: Online Edition | Spending habits change as cost of living rises Kenyans
Spending habits change as cost of living rises Kenyans Published on May 23, 2008, 12:00 am By Tom Mogusu Kenyans might be forced to re-adjust their spending patterns after the Government confirmed that the economy would grow by just four per cent over the next 12 months. …
Read at The Standard – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Zimbabwe: Zanu-PF behind violence in Zimbabwe: Boesak
Church leader Allan Boesak says documents in his possession prove that violence in Zimbabwe is driven by the ruling Zanu-PF. He was speaking on behalf of the SA Council of Churches (SACC) in Cape Town. Boesak says the documents will be made available following a request by President Thabo …
Read at SABCNews – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Nigeria: House C?ttee Wants Texaco Sold to Local Firms
House of Representatives Committee on Capital Market yesterday in Abuja advised Chevron Nigeria Ltd. to sell its 60 per cent shareholding in Texaco oil to indigenous oil companies.Thisday had exclusively reported yesterday the mounting opposition to Chevron?s move to sell 60 per cent share holding to a foreign firm.Alhaji Aliyu …
Read at ThisDay – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Nigeria: Panic in Ijegun Over Fresh Pipeline Fire
There was pandemonium yesterday in Ijegun, a Lagos suburb, where a petroleum pipeline fire claimed several lives six days ago, over threats of a fresh fire outbreak in the area occasioned by fuel sipping from the broken products line. Officials of the Nigerian Security and Civil Defence Corps (NSCDC) …
Read at AngolaPress – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Angola: Politician Launches Book
independence period. Elected deputy at People`s Assembly in 1980, during which he was also secretary of Central Committee of MPLA for the party?s political department in organs of Defence, Security and Former Combatants. In 1981, Juli㯠Mateus Paulo ?Dino Matross? was appointed minister of State Security. He also held the …
Read at AngolaPress – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Powered by AfricaNewsSearch
TORA IYI BLOG!

ICYO IYI SITE IGAMIJE
Iyi site ni iy’abantu bakuru, igamije guhugura abagabo n’abagore, abasore n’inkumi ku byererekeranye n’uburyo bwiza bwo gukora imibonano mpuzabitsina, kwirinda indwara zandurira mu mibonano mpuzabitsina, ibibazo byo gutwara inda,kuringaniza imbyaro, imibanire y’abashakanye n’abakundana. Inyandiko ziri aha ni ibitekerezo by’umwanditsi ,ntizigomba gusimbura inama wagirwa na muganga cyangwa undi mukozi w’ubuzima. Ntugomba rero kuzikoresha ugerageza gusuzuma indwara cyangwa ngo uzihereho unywa imiti.BANGAMBIKI
Copyright © 2007 Igituba and Bangambiki. All rights reserved. Birabujijwe gukoresha izi nyandiko ku zindi sites utabifitiye Uburenganzira.
Enter your search terms
Web igituba.blogspot.com
Submit search form

INKURU ZOSE Z’ IGITUBA-KURI BLOG YA MBERE IGANIRA KU GITSINA MU KINYARWANDA! ICYITONDERWA:Inkuru nyinshi ziri kuri ino Site zagenewe abantu bakuru kandi zikoresha imvugo yeruye!Byabaye ngombwa ko tubigenza gutyo kuko isoni zirisha uburozi. Wivunika ushakisha inkuru ukeneye ku igituba cyawe, imboro yawe, guswera, indwara z’ibitsina,kwikinisha,ibibazo by’igitsina,umuco n’igitsina, kubaka urugo ruhirekuri ino page ushobora guhitamo inkuru wifuza gusoma ku gice ushaka. Niba inkuru wifuza utayibonye shakisha ku mashini ya Google iri kuri ino SITE.
UMUCO NYARWANDA N’IGITSINA
GUKUNA
Gukuna ni umuhango w’abakobwa ugamije gutunganya no gutegura neza igitsina cyabo. Soma izi nkuru ku gukuna usobanukirwe neza iby’uwo muhango wihishe mu ibanga ry’Umuco Nyarwanda
1.Gukuna Ni Iki?
2.Gukuna muri iki Gihe
3.Mbese Umugore Wabyaye Yakuna Bigakunda?
4.Akamaro ko Gukuna
IMIHANGO Y’UBUKWE BWA KINYARWANDA 1.Gushyingira no Gushyingirwa
2.Gukwa
3.Gutenda
4.Ibyo Basabisha Umugeni
5.Intangiriro yo Gusaba
6.Inzoga zo mu Kingogo, Bushiru n’Ahandi
7.Kuraguriza Umugeni
8.Kuraguza no Guterekera
9.Kuraguza, Guterekera, Indibu
10.Ikigagara
11.Umuranga
12.Guhana Umukobwa
13.Inkuri n’Igiseke
14.Ihaguruka ry’Umugeni
15.Guca mu Irembo no Kwanura
16.Gucunda, Guca Hagati, Kumara Amavuta
17.Gukirana no Kumara Amavuta
18.Gusenda Abakwe
19.Kubyukurutsa
20.Kumenyereza no Kurisha Umugeni
21.Kurongora no Kurongorwa
22.Kwakira Umwishywa
23.Nyuma yo kurongora
24.Gutekesha
25.Gutwikurura
26.Kubonera Urugo
27.Impamvu zo Gutandukana k’Umugore
28.Impamvu zo Gutandukana k’Umugabo
29.Kwanura
30.gutandukana
31.Gusenda
32.Kurongoranya
33.Gukoranura
34.Imihango n’Imiziririzo y’Abashyingiwe
35.Kwiba Umukobwa
36.Kurarira
37.Kumviriza
INGANZO Y’IGITUBA
Ubuvanganzo bujyanye n’urukundo n’imyanya ndangabitsina y’umugabo n’umugore. Muri iki gice harimo igiparu, urwenya,imigani y’imigenurano, Ibisakuzo n’imivugo ku gitsina n’urukundo.
1.Igiparu ku Igituba I
2.Igiparu ku Igituba II
3.Urwenya rw’Igituba
4.Igisingizo cy’Igituba
5.Igisingizo cy’Imboro
6.Ndwaye Sida
3.Ibisakuzo by’Igituba I
4.Ibisakuzo by’Igituba II
5.Imigenurano y’Igituba
6.Imigenurano y’Igituba 2
7.Ibitutsi by’Imboro n’Igituba
8.Urwo Ngukunda Rwaruse Izindi
9.Kaze Mfura ya Mama
10.Inzoga ni Nzobya-Bangambiki
11.Ndatabariza Abagore
12.Igituba Kiraryana
13.Ngwino Mugabo Wanjye
14.Nyambo Iruta Ibigarama
15.Umwari Utagira Inenge
16.Nugururiye Inyange
17.Marebe Atembaho Amaribori
18.Zirikana Ibanga ry’Umukunzi
19.Upfunduye Amabere
20.Rukundo
21.Nanga Abagore
22.Nanga Abagabo
23.Mukobwa Ndagowe
24.Kwibuka
25.Iyizire Nkindi
26.Inzozi
27.Ese Wankundiye Nkagukunda
28.Dore Ishyano
29.Amaso Akunda
URWENYA RW’IGITUBA
Ku bakunzi b’Urwenya rw’Igitsina nababwira iki? Nimufate imbavu!
1.Umugore n’Indorerwamo
2.Statistiques z’Imboro n’Igituba
3.Imboro ni iki?
4.Yesu we,Ndarangije!
5.Urwenya ku Guswera
6.Urwenya ku Gushyukwa
7.Urukuta Rufite Igituba
8.Urwenya ku Bagore
9.Umukecuru n’Agakingirizo
10.Umugore Wangiza Amafaranga
11.Umugore Wanjye ni Malaika
12.Umugore Wanjye Asambana na Ruhaya
13.Umugabo Witonda Wamukura he?
14.Umugabo Wanjye Answeza Umwungu!
15.Uburyo bwo Gushimisha Umugore
16.Uburyo bwo Gushimisha Umugabo
17.Imihango ya Mbere y’Umukobwa
18.Igituba,Umugabo,Umugore n’Umwana
19.Umugore n’Umushoferi
20.Umuganga Amaze Guswera Umurwayi
21.Umwana n’Umugeni
22.Umutunzi n’Akazungu
23.Urugo Ruhire Rugura Angahe
24.Umutware Ukunda Abagore
25.Ni Wowe Utahiwe!
26.Umusambane mu Kibindi
27.Serwakira ni Izina ry’Umugore
28.Nibeshye Umugabo
29.Ni iki Umugore n’Agakingirizo Bihuriyeho?
30.Itangazo:Ndifuza Umugore!
31.Igituba, Imboro n’Imana
32.Igituba na Politiki
33.Icyunamo Mu Gituba
34.Icyampa Umugabo-Icyampa Igare!
35.Hagati y’Umugore n’Indayi Wahitamo Iki?
36.Eva ngo Adamu Arasambana!
37.Sakirirego
38.Mbese Abakobwa Bimanira Iki Igituba?
39.Igituba Cya Mugitondo Kiraryoha
40.Amabya ya Mpande Enye 41.Amategeko y’Umugabo mu Rugo
IZINDI NKURU K’UMUCO N’IGITSINA 1.Amoko y’Ibituba
2.Amoko y’Imboro
3.Kumviriza

GUSWERA,KWENDA CYANGWA KURONGORA,
GUSWERA 1.guswera ni iki?
2.Guswera Kudasanzwe
3.Uburyo Bunyuranye bwo Guswera
4.Inkuru zo Guswera
5.Inkuru Zinyuranye ku Guswera
6.Icyana ni nde Ukurya?
7.Ibikinisho by’Imboro n’Igituba
UBURYO BWO GUSWERA
Guswera ni ubuhanga. Soma izi nkuru usobanukirwe n’umwuga wo gukora iby’urukundo bitagucenga. Iki gice kirimo positions n’uburyo bunyuranye bwo guswera, kurongora cyangwa kurongorana
1.Guswera:Umugabo Hejuru
2.Guswera:Umugore Hejuru
3.Guswera:Guhenesha,Kuryama Barebana
4.Guswera:Kwicaza Ku Ntebe, Kwicaza ku Gitanda Cyangwa Ameza
5.Guswera:Gushyira Amaguru ku Rutugu, Gukikira,Gukora Umusaraba,Ibiyiko,Guhagatira
6.Guswera:69, Kwicaza, Guhagarara
7.Guswera mu Nnyo I
8.Guswera mu NnyoII
9.Guswera mu Kanwa
10.Gusoma mu Igituba
11.Uburyo Butandukanye bwo Guswera
12.Dore Uko Banyaza!
13.Guswera nk’Aboga
14.Guswera Makeri
15.Guswera Uhagaze
16.Guswera Buka
17.Guswera Bita Kwibamba
18.Guswera Bita Gupfurika
19.Guswera Bita Gukika Akabogi
20.Gucumita Impagamwoyo
21.Kunyaza Bita Gukama
22.Kunyaza Bita Gukamisha
23.Kunyaza Bita Gukunguta
24.Kunyaza Bita Gutsibura
25.Kunyaza Bita Kujabagira
26.Kunyaza Bita Kunyatiriza
27.Kunyaza n’Urutoki
28.Kunyaza Uhagaze
29.Kunyaza Wicaje
30.Kunyaza Wicaje Ku Ntebe
31.Ibitekerezo ku Kunyaza

GUSWERA NI IKI?
Guswera no Guswerwa ntibyoroshye. Sobanukirwa n’ibanga ry’uko barongorana
1.Guswera Bibanziriza mu Mutwe
2.Guswera ni Urukundo
3.Guswera ni Imirimo Mbanzirizagitsina
4.Guswera si Imboro Nini
5.Guswera,Imboro n’Umugore
6.Guswera ni Rugongo
7.Guswera ni Ukwirinda Indwara
8.Guswera, Gusambana no Gufata ku Ngufu
9.Guswera Si Ugushyukwa Gusa
10.Guswera ni Ukuganira

IZINDI NKURU ZO GUSWERA
Inkuru n’ibitekerezo bitandukanye ku guswera cyangwa kurongora
1.Inama z’Imboro n’Igituba Ku Bagore
2.Inama z’Imboro n’Igituba Ku Bagabo
3.Kuki Igituba cy’Ikibano Kiryoha?
4.Kwifata
5.Ndashaka Guswera
6.Guswera Indayi
7.Gushyukwisha
8.Impamvu yo Gutaka no Kwiriza kw’Abagore
9.Mbese Nkunda Igituba cyane
10.Rugongo
11.Guswera Umuyaya
12.Dore Uko Batanga Igituba!
13.Guhuza Igitsina Ari Bwo Bwa Mbere
14.Guhuza Igitsina Ari Bwo Bwa Mbere
15.Gusweza Umunwa
16.ibintu 5 Nifuza k’Umugore Nswera
17.Haza Umugore Wawe Uyu Munsi!
18.Gutekereza Uhuza Igitsina n’Undi Muntu
19.Nyama kwa Nyama Kama Mbaya Mbaya
20.Icyampa Ngaswera Isi Yose
21.Amategeko Yo Guswera
22.Gusohora
23.Nkunda Kureba Poronogarafiya-Mbese Hari Icyo Byantwara?
24.Kwitegura Guhuza Igitsina
25.Inshuti Mbi Zirashukana
26.Mbese Nshobora Kongera Ubunini bw’Ikibuno Cyanjye?
27.Igituba Cyaratsinze-Statistiques za Poronogarafiya
28.Igitsina n’Inzoga
29.Imibonano Mpuzabitsina Ishobora Kumara Igihe Kingana Iki?
30.Ibyo Urubyiruko Ruvuga ku Mibonano Mpuzabitsina mu Gihe cyo Kurambagiza

INKURU ZO GUSWERA
Inkuru tugezwaho n’abantu batubwira uko basweranye bwa mbere,uko batakaje ubusugi n’izindi nkuru zo guswera! Huzuyemo imvugo yeruye niba utabikunda ntiwirirwe usoma.
1.Natakarije Ubusugi k’Umukobwa Utanyeganyega!
2.Uko Umukobwa Yamvushije Amaraso!
3.Uko Papa Yamfatanye Icyana!
4.Uko Umusore Yansweye bwa Mbere
5.Uko Nayobye Umwenge Nkaswera Matelas!
6.Uko Nakoze mu Igituba cy’Umukobwa bwa Mbere
7.Uko Nakoresheje Vibrateur bwa Mbere
8.Ndakurongoye!
9.Uko Natakarije Ubusugi muri « Titanique! »
10.Uko Umukobwa Yanswereye ku Meza!
11.Nakerewe Kubikora
12.Guhuza Igitsina bwa Mbere:Nabyutse Nabyimbye Kandi Ntagataga!
13.Marcus:Uko Umuhungu Yenze Nyina!
14.Namusweye Yaje Kumfasha Imyitozo!
15.Yozefina:Uko Nasweye Umuyaya
16.Umukobwa Wanjye Yantwaye Umutima!
17.Naomi:Uko Nasweye Umuyaya

GUSWERA KUDASANZWE!

Inkuru n’ibitekerezo bitandukanye ku guswera kudasanzwe abenshi badakora 1.Guswera Inyamanswa cyangwa Ibikoko
2.Guswera Intumbi
3.Igitsina Hagati y’Umugore n’Undi
4..Guhuza Igitsina Hagati y’Umugabo n’Undi

ICYANA, NI NDE UKURYA?
Aha ho si igiparu, hari abarya abantu babakurikiyeho igitsina! Soma wiyumvire.
1.Igitsina no Kurya Abantu:Edmund Kemper
2.Igitsina no Kurya Abantu:Jeffrey Dahmer
3.Igitsina no Kurya Abantu:Edward Gein
4.Igitsina no Kurya Abantu:Andre Chikatilo
5.Igitsina no Kurya Abantu
IBIKINISHO BY’IMBORO N’IGITUBA
Bimwe mu bikinisho abagore n’abagabo bakoresha bakoresha mu gushimishwa n’igitsina
1.Ni iki Igikinisho cy’Imboro Cyangwa Igituba?
2.Ibikinisho by’Imboro n’Igituba-Dildo
3.Ibikinisho by’Imboro n’Igituba-Ibiryo
4.Ibikinisho by’Imboro n’Igituba-Amavuta Yoroshya Igituba
GUSOHORA
Amaherezo y’inzira ni mu nzu. Ibitekerezo,ibibazo n’ibisubizo
birebana no gusohora mu bitsina byombi
1.Gusohora kw’Abagabo
2.Gusohora kw’Abagore
3.Kuki Abagore Batinda Gusohora?
4.Akadomo ka GRAFENBERG ni iki?Kamaze Iki mu Gusohora k’Umugore?
5.Ndaswera Ariko Sinsohora
6.Kuki Nsohora Vuba?
UBUZIMA BW’IMYANYA NDANGABITSINA
IMBORO
Ibibazo byose ujya wibaza ku imboro yawe cyangwa iy’umukunzi wawe
1.Gushyukwa ni Iki?
2.Mbese Udukingirizo Turuta Kamwe?
3.Ntukeneye Imboro y’Indengakamere
4.Mfite Ibyago Bingana Iki Byo Kwandura Indwara z’Ibitsina Nkoresheje Agakingirizo?
5.
6.Mbese Imboro Nini Nibwo Bugabo?
7.Mbese Abagore Bakunda Umugabo Ufite Imboro Nini?
8.Mbese Abagabo b’Amasugi Babaho?
9.Mbese Koko Abagabo Bakunda Igitsina Cyane?
10.Mbese Abagabo Bafite Abagore Barikinisha?
11.Mfite Imboro Nto Sinshobora Guhaza Umugore Wabyaye
12.Ngo Abagore Bakunda Imboro Nini Ibyibushye Kuruta Indende
13.Mbese Ghuhza Igitsina Biba Birangiye Iyo Umugabo Arangije?
14.Imboro Ikebye
15.Imboro Idakebye
16.Gukebwa Ngo Bigabanya Sida
17.Kuki Ntakunda Gushyukwa
18.Kwicwa n’Umushyukwe
19.Ibibazo by’Amabya
20.Nakora iki Agakingirizo Kancikiyeho?
21.Wari Uzi ko Umugabo Agira Igituba?
22.Gukebwa
23.Mbese Nkeneye Gukebwa?
24.Amoko y’Imboro
25.Mfite Imboro y’Indengakamere
26.Imboro
27.Mfite Akaboro Gato
28.Iyo Ngiye Guswera Imboro Ndayibura
29.Gupima Imboro
30.Kwigira Inkone
IGITUBA
Ibibazo n’ibitekerezo ujya ugira ku igituba cyawecyangwa icy’umukunzi wawe
1.Umugore Avukana Amagi Angahe?
2.Amazi mu Gituba:Mbese Nta Kibazo?
3.Mbese Guswerana bwa Mbere Birababaza?
4.Imiterere y’Igituba
5.Iby’Utubambano
6.Amoko y’Utubambano-Hymen
7.Rugongo
8.Intambwe 4 Umugore Ashimishwamo n’Igitsina
9.Guhuza Igitsina n’Umugore Wahahamutse
10.Inzitizi Zituma Umugore Adashimishwa n’Igitsina
11.Guhuza Ibitsina k’Umugore Ugeze mu za Bukuru
12.Rosata
13.Igituba,Umugore n’Ubwiza
14.Mbese Inzobe nibwo bwiza?
15.Imiziro y’Imboro n’Igituba
16.Igituba ni iki?
17.Imirimo y’Igituba
INDWARA Z’IBITSINA
IMPUHA KURI SIDA
1.Urukingo rwa Sida Rwarabonetse
2.Umuti wica Amasohoro Wakica Sida
3.Umubu Utera Sida
4.Ubwo Mfite Sida Sinkibyaye
5.Twese Turwaye Sida Ntidukeneye Agakingirizo
6.Sida ni System Invente Pour Decourager les Amoureux
7.Sida ni Indwara Yakozwe n’Abazungu
8.Sida Ishobora Kuvurwa Burundu
9.Sida Ifata Gusa Abagabo Benda Abandi
10.Ngo Nyamweru Avura Sida
11.Ndwaye Sida-Hasigaye Gupfa
12.Mfashe Imiti ya Sida Mbere y’Uko Ubwandu Buvamo Indwara Nakira Sida
13.Kwisiramuza Birinda Sida
14.Umwana w’Isugi Avura Sida
15.Nta Sida Hejuru y’Imyaka 50
16.Impuha Zivugwa kuri Sida
17.Nshobora Gupimisha Ijisho Nkamenya Niba Umuntu Arwaye Sida

INDWARA YA SIDA
Amakuru, inama, inkuru n’impuha zivugwa kuri Sida n’uburyo ushobora kwirinda
1.Sida:Imiti no Kwirinda
2.Sida:Icyo Ari cyo n’uko Yandura
3.Kurya Neza Ukabana N’Indwara ya Sida
4.Umurwayi w’Umwicanyi: Singiye Gupfa Njyenyine
5.Ukuri Kubabaje Kuri Sida
6.Urugo ni Urugendwa-Uko Umuco Nyarwanda Utiza Sida Umurindi
7.Udukingirizo Dupfumutse Muri Afurika y’Epfo
8.Sida Ntiyumara Icumu mu Rwanda
9.Umusenyeri Ngo Udukingirizo Tubamo Sida!
11.Inkuru Mbi: Ndwaye Sida!
12.Kudafasha Abarwayi ba Sida Ni Ugukora Itsembabwoko
13.Ndwaye Sida
IZINDI NDWARA Z’IBITSINA
Usibye Sida hari izindi ndwara z’ibitsina zayibanjirije kandi tugomba kwirinda
1.Trichomoniasis
2.Syphilis
3.Sida
4. Human-pilloma-virus-hpv
5.Gonorrhea
6.Genital-herpes-hsv-2
7.Clamydia
8.Kuganiriza Umwana w’Umusore cyangwa Inkumi Ibyerekeranye n’Igitsina
9.Ibibazo Biboneka mu Myanya Ndangabitsina
10.Ntukazire Imboro n’Igituba
11.Mbese Nakwandurira mu Gusomana?
12.Ndanyara Nkababara
13.Indwara z’Ibitsina Ziterwa na Virusi
14.Indwara z’Ibitsina Ziterwa na Bacterie
15.Indwara z’Ibitsina:Ijambo ry’Ibanze
16.Ibibazo ku Ndwara z’Ibitsina
17.Ni ryari najya kwa Muganga kubera Ibibazo by’Igitsina?
18.Indwara Zifatira mu Myanya yo Kunyara
19.Iyo Ngiye Guswera Imboro Ndayibura
AGAKINGIRIZO
Ibitekerezo ku gakingirizo k’abagore n’abagabo n’uko gakoreshwa
1.Amateka y’Agakingirizo
2.Agakingirizo k’Abagore
3.Uko Bakoresha Agakingirizo
4.Agakingirizo k’Abagabo
IGITSINA N’UWO MUHUJE AMARASO
1.Guhuza Igitsina n’Uwo Muhuje Amaraso
2.Guhuza Igitsina n’Uwo Muhuje Amaraso I
3.Guhuza Igitsina n’Uwo Muhuje Amaraso II
4.Guhuza Igitsina n’Uwo Muhuje Amaraso III

KURINGANIZA IMBYARO
Uburyo bunyuranye ushobora gukoresha ngo uringanize imbyaro cyangwa awirinde gusama
1.Kwiyakana:Gusohorera Hanze y’Igituba
2.Kwigira Inkone 3.Kwirinda Gusama1
4.Kwifata
5.Kwirinda Gusama2
6.Uburyo Bunyuranye bwo Kuringaniza Imbyaro
IMIHANGO Y’UMUGORE
Tujijukirwe ku byerekeranye n’Imihango y’Umugore
1.Imihango y’Umugore
2.Imihango y’Umugore-Ibimenyetso bya Mbere y’Imihango
3.Imihango y’Umugore-Uko Igenda
4.Ibibazo Umugore Ahura nabyo Iyo Ari mu Mihango
AMOKO Y’IMBORO N’IBITUBA
AMOKO Y’IMBORO
Imboro zitandukanye
1.Imboro Bita Uruhosho
2.Imboro Bita Indiga
3.Imboro Bita Igihashi
4.Imboro Bita Rwoga
5.Imboro Bita Impare
6.Imboro Bita Akaraga
AMOKO Y’IGITUBA
Ibituba bitandukanye
1.Igituba cy’Urweso
3.Igituba cy’Umushubati
4.Igituba cy’Injuma
5.Igituba cy’Urukamba
6.Igituba cy’Urubundankari
7.Igituba cy’Umushokannyo
8.Igituba cy’igikono
9.Igituba cy’Agatoma
AMAFOTO Y’IGITUBA
AMAFOTO YO GUSWERA
1.Mugabe David I
2.Mugabe David II
3.Mugabe David III
4.Mugabe David IV
5.Mugabe David V
6.Mugabe David VI

AMAFOTO Y’IGITUBA
1.Amafoto y’Igituba-Ikibuno
2.Amafoto y’Igituba-Amabere
3.Amafoto y’Igituba-Icyana
4.Amafoto y’Igituba-Umuzungu-Umwirabura

AMAFOTO YA POSISIYO ZO GUSWERA
1.Guswera nk’Abogo
2.Guswera-Umugore hejuru
3.Guswera-Misiyoneri-Umugabo Hejuru
4.Guswera-Gukikira
5.Guswera-Kwicaza ku Ntebe
6.Guswera-Kuryama Barebana
7.Guswera-Kuryama-Umugabo Inyuma
8.Guswera-Ku Gitanda
9.Guswera-Kwiba Igituba
10.Guswera-Ibiyiko
11.Guswera Makeri
12.Guswera-Gukikira
13.Guswera-Guhenesha
14.Guswera-Guhagatira
15.Guswera-Guhagarara Inyuma
16.Guswera Uhagaze
17.Guswera- 69

WARI UZIKO Y’IGITUBA
1.Guswera Ni Umuti w’Ubwiza
2.Guswera ni Umukino Mwiza Utagoye
3.Guswera Kenshi Bituma Urushaho Kubona Abo Muhuza Igitsina
4.Guswera Bivura Umutwe
5.Guswera Bivura Stress
6.Guswera Bituza Umuntu Kurusha Feneriga
7.Guswera Bituma Amazuru Azibuka!
8.Guswera Birinda Indwara
9.Guswera Birinda Indwara z’Uruhu
10.Uducurama Gabo Turimyana
11.Ubwoba bwo Kureba Imboro
12.Marilyn Monroe Ntiyigeze Asohora
13.Umugabo Asohora Hafi Litiro 20 z’Amasohoro mu Buzima
14.Kwikinisha Ntacyo Bitwaye
15.Igituba Gituma Ubwanwa Bukura!
16.Ngo Igitsina Cyo mu Kanwa ni icy’Abize!
17.Urubuto rw’Avoka Rutuma Wifuza Guswera!
18.Agakingirizo si ak’Ubu
KWIKINISHA
KWIKINISHA:INKURU ZIREBANA NO KWIKINISHA
Kwikinisha abenshi barabikora bikabavana ahaga, ariko nta gitera isoni nka byo.Sobanukirwa ibyiza n’ibibi byo kwikinisha.
1.Isomo ryo Kwikinisha ku Bagore n’Abakobwa
2.Kwiknisha:Gushimishwa n’Igitsina Ntawe Mufatanyije!
3.Ibitekerezo ku Kwikinisha
4.Mbese Kwikinisha Birababaza?
5.Icyo Ubushakashatsi Buvuga Ku Kwikinisha
6.Ibinyoma ku Kwikinisha
7.Mbese Kwikinisha Hari Icyo Byantwara?
8.Mbese Abagabo Bafite Abagore Barikinisha?
9.Kwikinisha, Umugore no Gusohora
10.Kwikinisha:Inkomoko y’Isoni n’Ikimwaro
11.Ubuvuzi no Kwikinisha
12.Ni gute nakwikinisha mu rugero?
13.Kwikinisha mu Mico Inyuranye
14.Uburyo bwo Kwikinisha
15.Nshobora Kwikinisha Kangahe ku Munsi?
16.Kwikinisha mu Mateka
17.Kwikinisha ku Bagabo
18.Kwikinisha Bitangira Ryari?
19.Kwikinisha Bikorwa Gute?
20.Kuki Ngomba Kwikinisha?
21.Ibyiza byo Kwikinisha
22.Ibibi byo Kwikinisha
23.Kwikinisha mu Mateka
UKO NAFASHWE NIKINISHA
Inkuru tugezwaho n’abantu bafashwe bikinisha nuko babyifashemo muri icyo gihe.
1.Bougie Zinuka Igituba!
2.Uko Karoti Yampeze mu Igituba!
3.Uko Nasohoreye ku nda ya Mama!
4.Uko Nasindanye Imboro mu Ntoki!
5.Uko Mama Yamfashe Nikinisha!
6.Uko Imashini y’Ipantaro Yandumye Imboro!
7.Nabeshye Mama ko Amasohoro ari Sprite!
8.Uko Nibagiriwe Karoti muri Douche
9.Uko Nafashwe Nswera mu Icupa!

GUTEKEREZA NO KWIKINISHA
Kwikinisha no gutekereza ku kindi gitsina birajyana. Dore uko bano bikinisha banatekereza ku bandi!
1.Njya Nifuza Mugenzi Wanjye Dusangiye Icyumba
2.Uko Impeta kuri Rugongo yari Impitanye!
3.Uko Nikinisha Ntekereza Icyana Cyanjye
4.Nikinisha Ntekereza Umugabo Nkunda!
5.Nswera Matelas Ntekereza k’Umugore Nkunda!
6.Uko Nikinisha kuri Rugongo
7.Iyo Nikinisha Nifuza Britney Spears!
AMAKURU
Amakuru anyuranye ku gitsina
1.Umushinwa Yagaye Imboro
2.Ni Inda Yariye:N’Abasaza ngo Baba Bagikeneye Igitsina
3.Gukebwa Birinda Sida!?
4.Gusubiza Abasomyi
5.Intego za Site Igituba
6.Ibishya kuri Blog
GUFATA KU NGUFU
Aha turungurana ibitekerezo ku birebana no gufata no gufatwa ku ngufu kw’abana bato
1.Ni Gute Narinda Umwana Gufatwa ku Ngufu?
2.Dore Uko Umushukanyi Areshya Umwana
3.Gufata Ku Ngufu
.GUSOMANA
Mbese ujya usoma umukunzi wawe, mbese urifuza kumenya gusoma icyana cyawe neza? Izi nkuru zirakwereka uburyo bwo gusomana neza n’ibyo ugomba kwirinda muri uwo muhango w’urukundo.
1.Ubushakashatsi ku Gusomana
2.Uburyo Butandukanye bwo Gusomana
3.Uburyo 6 bwo Gusomana Ugomba Kwirinda
4.Intambwe 13 zo Gusomana Neza
URUKUNDO
URUGO RUHIRE
Zimwe mu nama z’umuco wacu mu kubaka urugo ruhire.
1.Umuranga
2.Imiziro y’Imboro n’Igituba
3.Kuraguriza Umugeni
4.Guhitamo Umugeni
URUKUNDO N’IMIBANIRE
Urukundo rugamije kurama, rukazaba inkingi y’urugo ruhire
1.Urukundo ni iki?
2.Amoko 5 y’Urukundo
3.Urukundo-Iyo Utakibona Akana ko mu Jisho!
4.Urukundo-Amayobera 6 y’Urukundo
5.Amategeko y’Urukundo
6.Kurambagiza Ni Iki?
7.Kurambagiza no Guhuza Ibitsina
8.Kurambagiza-Uburyo bwo Kwanga Kuba Inshuti y’Umukobwa Cyangwa Umuhungu mu Kinyabupfura
9.Kurambagiza-Igihe Cyiza Cyo Gutandukana
10..Umujinya mu Rugo
11. »Uburyo Intambara zo mu Rugo Zirangiramo
12.Menya Kuganiriza Umugabo Wawe
13.Intandaro y’Ibibazo byo mu Urugo Ku Bagore
14.Ubwoko bw’Amahane
15.Menya Umugore Icyo Ari cyo Mu Rukundo
16.Kubaka Urugo Ni Ukuganira
17.Impamvu Umugore Ahura n’Ibibazo MU Rugo
18.Inkingi Zo Kubaka Urugo Ruhire I
19.Inkingi Zo Kubaka Urugo Ruhire II
20.Uko Nabanaga na Fiance Wanjye Tutarashakana
21.Intambwe 10 Zo Kureshya Umukobwa cyangwa Umugore
22.Uko Umugore Areshya Umugabo

GUTANDUKANA
Gutandukana birababaza kandi bitera agahinda. Muri izi nkuru turaganira k’uburyo umuntu yakwifata muri ayo maherere akunze kugwira ingo nyinshi
1.Inshuti y’Igitsina
2.Kwibagirwa
3.Kubaho Wenyine
4.Bombe Iguturikiye mu Maso

AMADINI N’IGITSINA
ICYO BIBILIYA IVUGA KU IGITSINA
Turebere hamwe uko Igitabo kiruta ibindi kivuga igitsina n’abashakanye.
1.Mutima w’Urugo
2.Umugambi Mubisha w’Indayi
3.Delila:Uko Igituba Cyogoshe Samusoni
4.Rusi:Dore Uko Wakwishakira Umugabo
5.Rahabu:Indayi Yakunzwe n’Uwiteka
6.Rugamba w’Umuyahudi
7.Dawidi:Iyo Umwami Yashyutswe…Hagwa Umuntu!
8.Imigenurano k’Umugore
9.Salomo:Amatwi Arimo Igituba Ntiyumva!
10.Igituba nk’Intwaro y’Intambara
11.Amategeko y’Umukobwa Uri mu Mihango
12.Uzarongore Abandi Ureke Aba
13.Mose/Musa Azira ko Atakebye Umuhungu we
14.Ibyo Gusenda Umugore
15.Sodoma:Inkomoko yo Kwendana mu Kibuno
16.Yazize Kwiyakana
17.Dina:Uko Igituba Cyatsembye Umugi
18.N’Abagore Bafata ku Ngufu…Byakwanga Bakiriza!
19.Loti:Uko Abakobwa Bibye Se Umugono
20.Intambwe zo Kubaka Urugo Ruhire
21.Ntimukimane
22.Kwirinda Umugore w’Inzaduka
23.Ibya ba Malaya
24.Indaya Zirashukana
25.Imyitwarire Ikwiriye Abagore
26.Dore Umugore w’Umutima
27.Mu Ijuru Ntibarongorana
28.Ibyo Gusenda Umugore
29.Ibyo Yesu/Yezu Yita Gusambana
ISLAM N’IGITSINA
Ibitekerezo binyuranye ku byerekeranye nuko idini ya Islam ibona igitsina no guhuza ibitsina
1.Islam na Viagra
2.Birabujijwe Guhuza Igitsina mu Mihango
3.Islam n’Agakingirizo
4.Igitsina Hagati y’Abashakanye
5.Islam no Kwikinisha
6.Imihango ya Mbere yo Guhuza Igitsina
7.Guhuza Igitsina mu Kibuno
8.Ubusugi muri Islam
9.Amategeko y’Igitsina Yoroheye Abagabo Muri Islam
10.Akamaro k’Igitsina muri Islam
KUBESHYUZA IBINYOMA BIVUGWA KU GITSINA
Hari impuha nyinshi zivugwa ku guswera, imboro n’igituba. Turerekana ukuri.
1.Ibinyoma ku Gitsina1
2.Ibinyoma ku Gitsina2
3.Ibinyoma ku Gitsina cy’Abagabo1
4.Ibinyoma ku Gitsina cy’Abagabo2
SITES NYARWANDA
Sites Zinyuranye Ziganira ku Rwanda
1.Ubuzima
2.References
3.Sites Zinyuranye
4.Amashyirahamwe
5.Amakuru
6.Amashuri
7.Umuziki
8.Umuco Nyarwanda
9.Inganda
10.Ikoranabuhanga
11.Amabanki mu Rwanda
12.Ubukerarugendo
13.Amahoteli-Hotels in Rwanda
14.Airlines-Ingendo z’Indege
15.Agences de Voyages
16.Politiki y’u Rwanda
17.Amashyaka ya Politiki mu Rwanda
18.Sites Ziganira ku Itsembabwoko
19.Imikino n’Imyidagaduro
20.Cinema
Copyright © 2007-2008 H.Bangambiki, Igituba and Igituba Web. All rights reserved. Birabujijwe gukoresha izi nkuru ku zindi site utabifitiye uburenganzira bw’umwanditsi.

Wednesday, February 20, 2008
AMAFOTO YA POSISIYO ZO GUSWERA:UMUGORE HEJURU

Misiyoneri2 umugore hejuru

INKURU YA BANGAMBIKI Saa 10:19 AM

Etiquetas: gusohora k’umugore, hejuru

digg reddit del.icio.us

0 Ibitekerezo (Shyiraho igitekerezo cyawe!):
Post a Comment

Newer Post Older Post Home
Subscribe to: Post Comments (Atom)

IGITUBA
IGITUBA NI BLOG IGANIRA KU BYEREKERANYE N’IMBORO N’IGITUBA,UBURYO BWO GUSWERA.UMUCO NYARWANDA UREBANA N’IBYO BITSINA.TURABIKUNDA TUKABITINYA.IGITUBA N’IMBORO BIDUTERA ISONI KANDI ARIHO DUKOMOKA.

UK People Finder Instantly Trace Anyone in the UK – Find Lost Friends & Family Today

TUGANIRE KURI BLOG IGITUBA-NTA RUFUNGUZO USABWA SHYIRAMO IZINA RYAWE GUSA UTUBWIRE ICYO UTEKEREZA!

MWAMI

Uyu ni Mwami umusomyi ukunda gufasha abandi basomyi b’iyi blog. Ntagira isoni zo gusobanura ibigoye, azi ko isoni zirisha uburozi

LATOUTE

Uyu ni Latoute, ntahwema gususrutsa uru rubuga. Azi ko isoni zirisha uburozi yiyemeje kuganiriza urubyiruko ibirureba

GATERNELSON

Gatarayiha Ernest Nelson, umujyanama kabuhariwe udatenguha abasomyi b’iyi blog. Na we ni umwanditsi afite site ye yitwa www.inama-nziza.blogspot.com.

AMAKURU NYAFURIKA
Zimbabwe: China denies weapons shipped to Zimbabwe
China today denied that a Chinese ship carrying arms to Zimbabwe had managed to get its cargo to the landlocked African nation, saying the ship and the weapons were on their way back to China. Zimbabwe »s Deputy Information Minister Bright Matonga would not comment at the weekend on reports …
Read at SABCNews – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
South Africa: « The Poor Have Turned on the Poor »
Upwards of 40 people are said to have been killed and some 15,000 displaced in South Africa during more than a week of violence directed mainly against foreigners. The attacks started in the poor Johannesburg settlement of Alexandra, one of the so-called townships established to house black, mixed race and …
Read at IPS Africa – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Zimbabwe: Ruling Party Terrorises Voters
« It?s a very traumatized community. Their crime on the 29th March election, at that polling station called Chaona, there were about 80 votes for the MDC and 15 votes for ZANU-PF. So that is the offence they committed. This is the price they are paying. And that is what Retired …
Read at IPS Africa – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Ethiopia: Grenade injures Somali head in Ethiopia
Addis Ababa – A grenade tossed into a crowd in Ethiopia »s volatile Somali region on Monday wounded the local president and several other people celebrating a national holiday, officials said. The government quickly blamed the attack on the Ogaden National Liberation Movement (ONLF), separatist rebels who have been increasingly …
Read at IndependentOnline – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Zimbabwe: A wee problem with this cooking oil…
A Zimbabwean man has been jailed for two years after he sold urine to residents in a mining town claiming it was cooking oil, a state daily reported on Thursday. The Herald newspaper said Piccard Mudzingwa, 28, approached one of the victims at a bus terminus in the southern …
Read at IndependentOnline – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Sudan: SADC lawyers speak out
Xenophobia is a betrayal of some of the major goals of South Africa »s democratic struggles, the Southern African Development Community (SADC) Lawyers Association said on Thursday. Spokesperson and president, Sternford Moyo, said: « Xenophobic violence is the antithesis of the new societies people of Southern Africa sought to create when …
Read at IndependentOnline – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Zimbabwe: Tsvangirai to go back home
Zimbabwean opposition leader Morgan Tsvangirai said on Thursday he will return to his country on Saturday. « I am going home tomorrow, I mean Saturday, it is the same thing, » Tsvangirai said in Alexandra township on a visit to Zimbabwean refugees of South Africa »s xenophobic violence which has killed 42 …
Read at IndependentOnline – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Kenya: Online Edition | Spending habits change as cost of living rises Kenyans
Spending habits change as cost of living rises Kenyans Published on May 23, 2008, 12:00 am By Tom Mogusu Kenyans might be forced to re-adjust their spending patterns after the Government confirmed that the economy would grow by just four per cent over the next 12 months. …
Read at The Standard – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Zimbabwe: Zanu-PF behind violence in Zimbabwe: Boesak
Church leader Allan Boesak says documents in his possession prove that violence in Zimbabwe is driven by the ruling Zanu-PF. He was speaking on behalf of the SA Council of Churches (SACC) in Cape Town. Boesak says the documents will be made available following a request by President Thabo …
Read at SABCNews – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Nigeria: House C?ttee Wants Texaco Sold to Local Firms
House of Representatives Committee on Capital Market yesterday in Abuja advised Chevron Nigeria Ltd. to sell its 60 per cent shareholding in Texaco oil to indigenous oil companies.Thisday had exclusively reported yesterday the mounting opposition to Chevron?s move to sell 60 per cent share holding to a foreign firm.Alhaji Aliyu …
Read at ThisDay – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Nigeria: Panic in Ijegun Over Fresh Pipeline Fire
There was pandemonium yesterday in Ijegun, a Lagos suburb, where a petroleum pipeline fire claimed several lives six days ago, over threats of a fresh fire outbreak in the area occasioned by fuel sipping from the broken products line. Officials of the Nigerian Security and Civil Defence Corps (NSCDC) …
Read at AngolaPress – More Africa news – Have your Say – [Save Story]
Angola: Politician Launches Book
independence period. Elected deputy at People`s Assembly in 1980, during which he was also secretary of Central Committee of MPLA for the party?s political department in organs of Defence, Security and Former Combatants. In 1981, Juli㯠Mateus Paulo ?Dino Matross? was appointed minister of State Security. He also held the …
Read at AngolaPress – More Africa news – Have your Say – [Save Story]

Powered by AfricaNewsSearch If you see this message, your browser is not running JavaScript. Click here to open a new window with AfricaNewsSearch.

TORA IYI BLOG!

ICYO IYI SITE IGAMIJE

Copyright © 2007 Igituba and Bangambiki. All rights reserved. Birabujijwe gukoresha izi nyandiko ku zindi sites utabifitiye Uburenganzira.

Enter your search terms

Web
igituba.blogspot.com

Submit search form

INKURU ZOSE Z’ IGITUBA-KURI BLOG YA MBERE IGANIRA KU GITSINA MU KINYARWANDA!

ICYITONDERWA:Inkuru nyinshi ziri kuri ino Site zagenewe abantu bakuru kandi zikoresha imvugo yeruye!Byabaye ngombwa ko tubigenza gutyo kuko isoni zirisha uburozi. Wivunika ushakisha inkuru ukeneye ku igituba cyawe, imboro yawe, guswera, indwara z’ibitsina,kwikinisha,ibibazo by’igitsina,umuco n’igitsina, kubaka urugo ruhirekuri ino page ushobora guhitamo inkuru wifuza gusoma ku gice ushaka. Niba inkuru wifuza utayibonye shakisha ku mashini ya Google iri kuri ino SITE.

UMUCO NYARWANDA N’IGITSINA

GUKUNA
Gukuna ni umuhango w’abakobwa ugamije gutunganya no gutegura neza igitsina cyabo. Soma izi nkuru ku gukuna usobanukirwe neza iby’uwo muhango wihishe mu ibanga ry’Umuco Nyarwanda
1.Gukuna Ni Iki?
2.Gukuna muri iki Gihe
3.Mbese Umugore Wabyaye Yakuna Bigakunda?
4.Akamaro ko Gukuna

IMIHANGO Y’UBUKWE BWA KINYARWANDA 1.Gushyingira no Gushyingirwa
2.Gukwa
3.Gutenda
4.Ibyo Basabisha Umugeni
5.Intangiriro yo Gusaba
6.Inzoga zo mu Kingogo, Bushiru n’Ahandi
7.Kuraguriza Umugeni
8.Kuraguza no Guterekera
9.Kuraguza, Guterekera, Indibu
10.Ikigagara
11.Umuranga
12.Guhana Umukobwa
13.Inkuri n’Igiseke
14.Ihaguruka ry’Umugeni
15.Guca mu Irembo no Kwanura
16.Gucunda, Guca Hagati, Kumara Amavuta
17.Gukirana no Kumara Amavuta
18.Gusenda Abakwe
19.Kubyukurutsa
20.Kumenyereza no Kurisha Umugeni
21.Kurongora no Kurongorwa
22.Kwakira Umwishywa
23.Nyuma yo kurongora
24.Gutekesha
25.Gutwikurura
26.Kubonera Urugo
27.Impamvu zo Gutandukana k’Umugore
28.Impamvu zo Gutandukana k’Umugabo
29.Kwanura
30.gutandukana
31.Gusenda
32.Kurongoranya
33.Gukoranura
34.Imihango n’Imiziririzo y’Abashyingiwe
35.Kwiba Umukobwa
36.Kurarira
37.Kumviriza

INGANZO Y’IGITUBA
Ubuvanganzo bujyanye n’urukundo n’imyanya ndangabitsina y’umugabo n’umugore. Muri iki gice harimo igiparu, urwenya,imigani y’imigenurano, Ibisakuzo n’imivugo ku gitsina n’urukundo.
1.Igiparu ku Igituba I
2.Igiparu ku Igituba II
3.Urwenya rw’Igituba
4.Igisingizo cy’Igituba
5.Igisingizo cy’Imboro
6.Ndwaye Sida
3.Ibisakuzo by’Igituba I
4.Ibisakuzo by’Igituba II
5.Imigenurano y’Igituba
6.Imigenurano y’Igituba 2
7.Ibitutsi by’Imboro n’Igituba
8.Urwo Ngukunda Rwaruse Izindi
9.Kaze Mfura ya Mama
10.Inzoga ni Nzobya-Bangambiki
11.Ndatabariza Abagore
12.Igituba Kiraryana
13.Ngwino Mugabo Wanjye
14.Nyambo Iruta Ibigarama
15.Umwari Utagira Inenge
16.Nugururiye Inyange
17.Marebe Atembaho Amaribori
18.Zirikana Ibanga ry’Umukunzi
19.Upfunduye Amabere
20.Rukundo
21.Nanga Abagore
22.Nanga Abagabo
23.Mukobwa Ndagowe
24.Kwibuka
25.Iyizire Nkindi
26.Inzozi
27.Ese Wankundiye Nkagukunda
28.Dore Ishyano
29.Amaso Akunda

URWENYA RW’IGITUBA
Ku bakunzi b’Urwenya rw’Igitsina nababwira iki? Nimufate imbavu! 1.Umugore n’Indorerwamo
2.Statistiques z’Imboro n’Igituba
3.Imboro ni iki?
4.Yesu we,Ndarangije!
5.Urwenya ku Guswera
6.Urwenya ku Gushyukwa
7.Urukuta Rufite Igituba
8.Urwenya ku Bagore
9.Umukecuru n’Agakingirizo
10.Umugore Wangiza Amafaranga
11.Umugore Wanjye ni Malaika
12.Umugore Wanjye Asambana na Ruhaya
13.Umugabo Witonda Wamukura he?
14.Umugabo Wanjye Answeza Umwungu!
15.Uburyo bwo Gushimisha Umugore
16.Uburyo bwo Gushimisha Umugabo
17.Imihango ya Mbere y’Umukobwa
18.Igituba,Umugabo,Umugore n’Umwana
19.Umugore n’Umushoferi
20.Umuganga Amaze Guswera Umurwayi
21.Umwana n’Umugeni
22.Umutunzi n’Akazungu
23.Urugo Ruhire Rugura Angahe
24.Umutware Ukunda Abagore
25.Ni Wowe Utahiwe!
26.Umusambane mu Kibindi
27.Serwakira ni Izina ry’Umugore
28.Nibeshye Umugabo
29.Ni iki Umugore n’Agakingirizo Bihuriyeho?
30.Itangazo:Ndifuza Umugore!
31.Igituba, Imboro n’Imana
32.Igituba na Politiki
33.Icyunamo Mu Gituba
34.Icyampa Umugabo-Icyampa Igare!
35.Hagati y’Umugore n’Indayi Wahitamo Iki?
36.Eva ngo Adamu Arasambana!
37.Sakirirego
38.Mbese Abakobwa Bimanira Iki Igituba?
39.Igituba Cya Mugitondo Kiraryoha
40.Amabya ya Mpande Enye 41.Amategeko y’Umugabo mu Rugo

IZINDI NKURU K’UMUCO N’IGITSINA
1.Amoko y’Ibituba
2.Amoko y’Imboro
3.Kumviriza

GUSWERA,KWENDA CYANGWA KURONGORA,

GUSWERA 1.guswera ni iki?
2.Guswera Kudasanzwe
3.Uburyo Bunyuranye bwo Guswera
4.Inkuru zo Guswera
5.Inkuru Zinyuranye ku Guswera
6.Icyana ni nde Ukurya?
7.Ibikinisho by’Imboro n’Igituba

UBURYO BWO GUSWERA
Guswera ni ubuhanga. Soma izi nkuru usobanukirwe n’umwuga wo gukora iby’urukundo bitagucenga. Iki gice kirimo positions n’uburyo bunyuranye bwo guswera, kurongora cyangwa kurongorana 1.Guswera:Umugabo Hejuru
2.Guswera:Umugore Hejuru
3.Guswera:Guhenesha,Kuryama Barebana
4.Guswera:Kwicaza Ku Ntebe, Kwicaza ku Gitanda Cyangwa Ameza
5.Guswera:Gushyira Amaguru ku Rutugu, Gukikira,Gukora Umusaraba,Ibiyiko,Guhagatira
6.Guswera:69, Kwicaza, Guhagarara
7.Guswera mu Nnyo I
8.Guswera mu NnyoII
9.Guswera mu Kanwa
10.Gusoma mu Igituba
11.Uburyo Butandukanye bwo Guswera
12.Dore Uko Banyaza!
13.Guswera nk’Aboga
14.Guswera Makeri
15.Guswera Uhagaze
16.Guswera Buka
17.Guswera Bita Kwibamba
18.Guswera Bita Gupfurika
19.Guswera Bita Gukika Akabogi
20.Gucumita Impagamwoyo
21.Kunyaza Bita Gukama
22.Kunyaza Bita Gukamisha
23.Kunyaza Bita Gukunguta
24.Kunyaza Bita Gutsibura
25.Kunyaza Bita Kujabagira
26.Kunyaza Bita Kunyatiriza
27.Kunyaza n’Urutoki
28.Kunyaza Uhagaze
29.Kunyaza Wicaje
30.Kunyaza Wicaje Ku Ntebe
31.Ibitekerezo ku Kunyaza

GUSWERA NI IKI?
Guswera no Guswerwa ntibyoroshye. Sobanukirwa n’ibanga ry’uko barongorana
1.Guswera Bibanziriza mu Mutwe
2.Guswera ni Urukundo
3.Guswera ni Imirimo Mbanzirizagitsina
4.Guswera si Imboro Nini
5.Guswera,Imboro n’Umugore
6.Guswera ni Rugongo
7.Guswera ni Ukwirinda Indwara
8.Guswera, Gusambana no Gufata ku Ngufu
9.Guswera Si Ugushyukwa Gusa
10.Guswera ni Ukuganira

IZINDI NKURU ZO GUSWERA
Inkuru n’ibitekerezo bitandukanye ku guswera cyangwa kurongora
1.Inama z’Imboro n’Igituba Ku Bagore
2.Inama z’Imboro n’Igituba Ku Bagabo
3.Kuki Igituba cy’Ikibano Kiryoha?
4.Kwifata
5.Ndashaka Guswera
6.Guswera Indayi
7.Gushyukwisha
8.Impamvu yo Gutaka no Kwiriza kw’Abagore
9.Mbese Nkunda Igituba cyane
10.Rugongo
11.Guswera Umuyaya
12.Dore Uko Batanga Igituba!
13.Guhuza Igitsina Ari Bwo Bwa Mbere
14.Guhuza Igitsina Ari Bwo Bwa Mbere
15.Gusweza Umunwa
16.ibintu 5 Nifuza k’Umugore Nswera
17.Haza Umugore Wawe Uyu Munsi!
18.Gutekereza Uhuza Igitsina n’Undi Muntu
19.Nyama kwa Nyama Kama Mbaya Mbaya
20.Icyampa Ngaswera Isi Yose
21.Amategeko Yo Guswera
22.Gusohora
23.Nkunda Kureba Poronogarafiya-Mbese Hari Icyo Byantwara?
24.Kwitegura Guhuza Igitsina
25.Inshuti Mbi Zirashukana
26.Mbese Nshobora Kongera Ubunini bw’Ikibuno Cyanjye?
27.Igituba Cyaratsinze-Statistiques za Poronogarafiya
28.Igitsina n’Inzoga
29.Imibonano Mpuzabitsina Ishobora Kumara Igihe Kingana Iki?
30.Ibyo Urubyiruko Ruvuga ku Mibonano Mpuzabitsina mu Gihe cyo Kurambagiza

INKURU ZO GUSWERA
Inkuru tugezwaho n’abantu batubwira uko basweranye bwa mbere,uko batakaje ubusugi n’izindi nkuru zo guswera! Huzuyemo imvugo yeruye niba utabikunda ntiwirirwe usoma. 1.Natakarije Ubusugi k’Umukobwa Utanyeganyega!
2.Uko Umukobwa Yamvushije Amaraso!
3.Uko Papa Yamfatanye Icyana!
4.Uko Umusore Yansweye bwa Mbere
5.Uko Nayobye Umwenge Nkaswera Matelas!
6.Uko Nakoze mu Igituba cy’Umukobwa bwa Mbere
7.Uko Nakoresheje Vibrateur bwa Mbere
8.Ndakurongoye!
9.Uko Natakarije Ubusugi muri « Titanique! »
10.Uko Umukobwa Yanswereye ku Meza!
11.Nakerewe Kubikora
12.Guhuza Igitsina bwa Mbere:Nabyutse Nabyimbye Kandi Ntagataga!
13.Marcus:Uko Umuhungu Yenze Nyina!
14.Namusweye Yaje Kumfasha Imyitozo!
15.Yozefina:Uko Nasweye Umuyaya
16.Umukobwa Wanjye Yantwaye Umutima!
17.Naomi:Uko Nasweye Umuyaya

GUSWERA KUDASANZWE!
Inkuru n’ibitekerezo bitandukanye ku guswera kudasanzwe abenshi badakora
1.Guswera Inyamanswa cyangwa Ibikoko
2.Guswera Intumbi
3.Igitsina Hagati y’Umugore n’Undi
4..Guhuza Igitsina Hagati y’Umugabo n’Undi

ICYANA, NI NDE UKURYA?
Aha ho si igiparu, hari abarya abantu babakurikiyeho igitsina! Soma wiyumvire. 1.Igitsina no Kurya Abantu:Edmund Kemper
2.Igitsina no Kurya Abantu:Jeffrey Dahmer
3.Igitsina no Kurya Abantu:Edward Gein
4.Igitsina no Kurya Abantu:Andre Chikatilo
5.Igitsina no Kurya Abantu

IBIKINISHO BY’IMBORO N’IGITUBA
Bimwe mu bikinisho abagore n’abagabo bakoresha bakoresha mu gushimishwa n’igitsina 1.Ni iki Igikinisho cy’Imboro Cyangwa Igituba?
2.Ibikinisho by’Imboro n’Igituba-Dildo
3.Ibikinisho by’Imboro n’Igituba-Ibiryo
4.Ibikinisho by’Imboro n’Igituba-Amavuta Yoroshya Igituba

GUSOHORA
Amaherezo y’inzira ni mu nzu. Ibitekerezo,ibibazo n’ibisubizo
birebana no gusohora mu bitsina byombi 1.Gusohora kw’Abagabo
2.Gusohora kw’Abagore
3.Kuki Abagore Batinda Gusohora?
4.Akadomo ka GRAFENBERG ni iki?Kamaze Iki mu Gusohora k’Umugore?
5.Ndaswera Ariko Sinsohora
6.Kuki Nsohora Vuba?

UBUZIMA BW’IMYANYA NDANGABITSINA
IMBORO
Ibibazo byose ujya wibaza ku imboro yawe cyangwa iy’umukunzi wawe 1.Gushyukwa ni Iki?
2.Mbese Udukingirizo Turuta Kamwe?
3.Ntukeneye Imboro y’Indengakamere
4.Mfite Ibyago Bingana Iki Byo Kwandura Indwara z’Ibitsina Nkoresheje Agakingirizo?
5.
6.Mbese Imboro Nini Nibwo Bugabo?
7.Mbese Abagore Bakunda Umugabo Ufite Imboro Nini?
8.Mbese Abagabo b’Amasugi Babaho?
9.Mbese Koko Abagabo Bakunda Igitsina Cyane?
10.Mbese Abagabo Bafite Abagore Barikinisha?
11.Mfite Imboro Nto Sinshobora Guhaza Umugore Wabyaye
12.Ngo Abagore Bakunda Imboro Nini Ibyibushye Kuruta Indende
13.Mbese Ghuhza Igitsina Biba Birangiye Iyo Umugabo Arangije?
14.Imboro Ikebye
15.Imboro Idakebye
16.Gukebwa Ngo Bigabanya Sida
17.Kuki Ntakunda Gushyukwa
18.Kwicwa n’Umushyukwe
19.Ibibazo by’Amabya
20.Nakora iki Agakingirizo Kancikiyeho?
21.Wari Uzi ko Umugabo Agira Igituba?
22.Gukebwa
23.Mbese Nkeneye Gukebwa?
24.Amoko y’Imboro
25.Mfite Imboro y’Indengakamere
26.Imboro
27.Mfite Akaboro Gato
28.Iyo Ngiye Guswera Imboro Ndayibura
29.Gupima Imboro
30.Kwigira Inkone

IGITUBA
Ibibazo n’ibitekerezo ujya ugira ku igituba cyawecyangwa icy’umukunzi wawe
1.Umugore Avukana Amagi Angahe?
2.Amazi mu Gituba:Mbese Nta Kibazo?
3.Mbese Guswerana bwa Mbere Birababaza?
4.Imiterere y’Igituba
5.Iby’Utubambano
6.Amoko y’Utubambano-Hymen
7.Rugongo
8.Intambwe 4 Umugore Ashimishwamo n’Igitsina
9.Guhuza Igitsina n’Umugore Wahahamutse
10.Inzitizi Zituma Umugore Adashimishwa n’Igitsina
11.Guhuza Ibitsina k’Umugore Ugeze mu za Bukuru
12.Rosata
13.Igituba,Umugore n’Ubwiza
14.Mbese Inzobe nibwo bwiza?
15.Imiziro y’Imboro n’Igituba
16.Igituba ni iki?
17.Imirimo y’Igituba

INDWARA Z’IBITSINA
IMPUHA KURI SIDA 1.Urukingo rwa Sida Rwarabonetse
2.Umuti wica Amasohoro Wakica Sida
3.Umubu Utera Sida
4.Ubwo Mfite Sida Sinkibyaye
5.Twese Turwaye Sida Ntidukeneye Agakingirizo
6.Sida ni System Invente Pour Decourager les Amoureux
7.Sida ni Indwara Yakozwe n’Abazungu
8.Sida Ishobora Kuvurwa Burundu
9.Sida Ifata Gusa Abagabo Benda Abandi
10.Ngo Nyamweru Avura Sida
11.Ndwaye Sida-Hasigaye Gupfa
12.Mfashe Imiti ya Sida Mbere y’Uko Ubwandu Buvamo Indwara Nakira Sida
13.Kwisiramuza Birinda Sida
14.Umwana w’Isugi Avura Sida
15.Nta Sida Hejuru y’Imyaka 50
16.Impuha Zivugwa kuri Sida
17.Nshobora Gupimisha Ijisho Nkamenya Niba Umuntu Arwaye Sida

INDWARA YA SIDA
Amakuru, inama, inkuru n’impuha zivugwa kuri Sida n’uburyo ushobora kwirinda 1.Sida:Imiti no Kwirinda
2.Sida:Icyo Ari cyo n’uko Yandura
3.Kurya Neza Ukabana N’Indwara ya Sida
4.Umurwayi w’Umwicanyi: Singiye Gupfa Njyenyine
5.Ukuri Kubabaje Kuri Sida
6.Urugo ni Urugendwa-Uko Umuco Nyarwanda Utiza Sida Umurindi
7.Udukingirizo Dupfumutse Muri Afurika y’Epfo
8.Sida Ntiyumara Icumu mu Rwanda
9.Umusenyeri Ngo Udukingirizo Tubamo Sida!
11.Inkuru Mbi: Ndwaye Sida!
12.Kudafasha Abarwayi ba Sida Ni Ugukora Itsembabwoko
13.Ndwaye Sida

IZINDI NDWARA Z’IBITSINA
Usibye Sida hari izindi ndwara z’ibitsina zayibanjirije kandi tugomba kwirinda 1.Trichomoniasis
2.Syphilis
3.Sida
4. Human-pilloma-virus-hpv
5.Gonorrhea
6.Genital-herpes-hsv-2
7.Clamydia
8.Kuganiriza Umwana w’Umusore cyangwa Inkumi Ibyerekeranye n’Igitsina
9.Ibibazo Biboneka mu Myanya Ndangabitsina
10.Ntukazire Imboro n’Igituba
11.Mbese Nakwandurira mu Gusomana?
12.Ndanyara Nkababara
13.Indwara z’Ibitsina Ziterwa na Virusi
14.Indwara z’Ibitsina Ziterwa na Bacterie
15.Indwara z’Ibitsina:Ijambo ry’Ibanze
16.Ibibazo ku Ndwara z’Ibitsina
17.Ni ryari najya kwa Muganga kubera Ibibazo by’Igitsina?
18.Indwara Zifatira mu Myanya yo Kunyara
19.Iyo Ngiye Guswera Imboro Ndayibura

AGAKINGIRIZO
Ibitekerezo ku gakingirizo k’abagore n’abagabo n’uko gakoreshwa 1.Amateka y’Agakingirizo
2.Agakingirizo k’Abagore
3.Uko Bakoresha Agakingirizo
4.Agakingirizo k’Abagabo

IGITSINA N’UWO MUHUJE AMARASO 1.Guhuza Igitsina n’Uwo Muhuje Amaraso
2.Guhuza Igitsina n’Uwo Muhuje Amaraso I
3.Guhuza Igitsina n’Uwo Muhuje Amaraso II
4.Guhuza Igitsina n’Uwo Muhuje Amaraso III

KURINGANIZA IMBYARO
Uburyo bunyuranye ushobora gukoresha ngo uringanize imbyaro cyangwa awirinde gusama 1.Kwiyakana:Gusohorera Hanze y’Igituba
2.Kwigira Inkone 3.Kwirinda Gusama1
4.Kwifata
5.Kwirinda Gusama2
6.Uburyo Bunyuranye bwo Kuringaniza Imbyaro

IMIHANGO Y’UMUGORE
Tujijukirwe ku byerekeranye n’Imihango y’Umugore 1.Imihango y’Umugore
2.Imihango y’Umugore-Ibimenyetso bya Mbere y’Imihango
3.Imihango y’Umugore-Uko Igenda
4.Ibibazo Umugore Ahura nabyo Iyo Ari mu Mihango

AMOKO Y’IMBORO N’IBITUBA
AMOKO Y’IMBORO
Imboro zitandukanye 1.Imboro Bita Uruhosho
2.Imboro Bita Indiga
3.Imboro Bita Igihashi
4.Imboro Bita Rwoga
5.Imboro Bita Impare
6.Imboro Bita Akaraga

AMOKO Y’IGITUBA
Ibituba bitandukanye 1.Igituba cy’Urweso
3.Igituba cy’Umushubati
4.Igituba cy’Injuma
5.Igituba cy’Urukamba
6.Igituba cy’Urubundankari
7.Igituba cy’Umushokannyo
8.Igituba cy’igikono
9.Igituba cy’Agatoma

AMAFOTO Y’IGITUBA
AMAFOTO YO GUSWERA 1.Mugabe David I
2.Mugabe David II
3.Mugabe David III
4.Mugabe David IV
5.Mugabe David V
6.Mugabe David VI

AMAFOTO Y’IGITUBA 1.Amafoto y’Igituba-Ikibuno
2.Amafoto y’Igituba-Amabere
3.Amafoto y’Igituba-Icyana
4.Amafoto y’Igituba-Umuzungu-Umwirabura

AMAFOTO YA POSISIYO ZO GUSWERA 1.Guswera nk’Abogo
2.Guswera-Umugore hejuru
3.Guswera-Misiyoneri-Umugabo Hejuru
4.Guswera-Gukikira
5.Guswera-Kwicaza ku Ntebe
6.Guswera-Kuryama Barebana
7.Guswera-Kuryama-Umugabo Inyuma
8.Guswera-Ku Gitanda
9.Guswera-Kwiba Igituba
10.Guswera-Ibiyiko
11.Guswera Makeri
12.Guswera-Gukikira
13.Guswera-Guhenesha
14.Guswera-Guhagatira
15.Guswera-Guhagarara Inyuma
16.Guswera Uhagaze
17.Guswera- 69

WARI UZIKO Y’IGITUBA 1.Guswera Ni Umuti w’Ubwiza
2.Guswera ni Umukino Mwiza Utagoye
3.Guswera Kenshi Bituma Urushaho Kubona Abo Muhuza Igitsina
4.Guswera Bivura Umutwe
5.Guswera Bivura Stress
6.Guswera Bituza Umuntu Kurusha Feneriga
7.Guswera Bituma Amazuru Azibuka!
8.Guswera Birinda Indwara
9.Guswera Birinda Indwara z’Uruhu
10.Uducurama Gabo Turimyana
11.Ubwoba bwo Kureba Imboro
12.Marilyn Monroe Ntiyigeze Asohora
13.Umugabo Asohora Hafi Litiro 20 z’Amasohoro mu Buzima
14.Kwikinisha Ntacyo Bitwaye
15.Igituba Gituma Ubwanwa Bukura!
16.Ngo Igitsina Cyo mu Kanwa ni icy’Abize!
17.Urubuto rw’Avoka Rutuma Wifuza Guswera!
18.Agakingirizo si ak’Ubu

KWIKINISHA
KWIKINISHA:INKURU ZIREBANA NO KWIKINISHA
Kwikinisha abenshi barabikora bikabavana ahaga, ariko nta gitera isoni nka byo.Sobanukirwa ibyiza n’ibibi byo kwikinisha.
1.Isomo ryo Kwikinisha ku Bagore n’Abakobwa
2.Kwiknisha:Gushimishwa n’Igitsina Ntawe Mufatanyije!
3.Ibitekerezo ku Kwikinisha
4.Mbese Kwikinisha Birababaza?
5.Icyo Ubushakashatsi Buvuga Ku Kwikinisha
6.Ibinyoma ku Kwikinisha
7.Mbese Kwikinisha Hari Icyo Byantwara?
8.Mbese Abagabo Bafite Abagore Barikinisha?
9.Kwikinisha, Umugore no Gusohora
10.Kwikinisha:Inkomoko y’Isoni n’Ikimwaro
11.Ubuvuzi no Kwikinisha
12.Ni gute nakwikinisha mu rugero?
13.Kwikinisha mu Mico Inyuranye
14.Uburyo bwo Kwikinisha
15.Nshobora Kwikinisha Kangahe ku Munsi?
16.Kwikinisha mu Mateka
17.Kwikinisha ku Bagabo
18.Kwikinisha Bitangira Ryari?
19.Kwikinisha Bikorwa Gute?
20.Kuki Ngomba Kwikinisha?
21.Ibyiza byo Kwikinisha
22.Ibibi byo Kwikinisha
23.Kwikinisha mu Mateka

UKO NAFASHWE NIKINISHA
Inkuru tugezwaho n’abantu bafashwe bikinisha nuko babyifashemo muri icyo gihe. 1.Bougie Zinuka Igituba!
2.Uko Karoti Yampeze mu Igituba!
3.Uko Nasohoreye ku nda ya Mama!
4.Uko Nasindanye Imboro mu Ntoki!
5.Uko Mama Yamfashe Nikinisha!
6.Uko Imashini y’Ipantaro Yandumye Imboro!
7.Nabeshye Mama ko Amasohoro ari Sprite!
8.Uko Nibagiriwe Karoti muri Douche
9.Uko Nafashwe Nswera mu Icupa!

GUTEKEREZA NO KWIKINISHA
Kwikinisha no gutekereza ku kindi gitsina birajyana. Dore uko bano bikinisha banatekereza ku bandi! 1.Njya Nifuza Mugenzi Wanjye Dusangiye Icyumba
2.Uko Impeta kuri Rugongo yari Impitanye!
3.Uko Nikinisha Ntekereza Icyana Cyanjye
4.Nikinisha Ntekereza Umugabo Nkunda!
5.Nswera Matelas Ntekereza k’Umugore Nkunda!
6.Uko Nikinisha kuri Rugongo
7.Iyo Nikinisha Nifuza Britney Spears!

AMAKURU
Amakuru anyuranye ku gitsina 1.Umushinwa Yagaye Imboro
2.Ni Inda Yariye:N’Abasaza ngo Baba Bagikeneye Igitsina
3.Gukebwa Birinda Sida!?
4.Gusubiza Abasomyi
5.Intego za Site Igituba
6.Ibishya kuri Blog

GUFATA KU NGUFU
Aha turungurana ibitekerezo ku birebana no gufata no gufatwa ku ngufu kw’abana bato 1.Ni Gute Narinda Umwana Gufatwa ku Ngufu?
2.Dore Uko Umushukanyi Areshya Umwana
3.Gufata Ku Ngufu

.GUSOMANA
Mbese ujya usoma umukunzi wawe, mbese urifuza kumenya gusoma icyana cyawe neza? Izi nkuru zirakwereka uburyo bwo gusomana neza n’ibyo ugomba kwirinda muri uwo muhango w’urukundo. 1.Ubushakashatsi ku Gusomana
2.Uburyo Butandukanye bwo Gusomana
3.Uburyo 6 bwo Gusomana Ugomba Kwirinda
4.Intambwe 13 zo Gusomana Neza

URUKUNDO
URUGO RUHIRE
Zimwe mu nama z’umuco wacu mu kubaka urugo ruhire.
1.Umuranga
2.Imiziro y’Imboro n’Igituba
3.Kuraguriza Umugeni
4.Guhitamo Umugeni

URUKUNDO N’IMIBANIRE
Urukundo rugamije kurama, rukazaba inkingi y’urugo ruhire
1.Urukundo ni iki?
2.Amoko 5 y’Urukundo
3.Urukundo-Iyo Utakibona Akana ko mu Jisho!
4.Urukundo-Amayobera 6 y’Urukundo
5.Amategeko y’Urukundo
6.Kurambagiza Ni Iki?
7.Kurambagiza no Guhuza Ibitsina
8.Kurambagiza-Uburyo bwo Kwanga Kuba Inshuti y’Umukobwa Cyangwa Umuhungu mu Kinyabupfura
9.Kurambagiza-Igihe Cyiza Cyo Gutandukana
10..Umujinya mu Rugo
11. »Uburyo Intambara zo mu Rugo Zirangiramo
12.Menya Kuganiriza Umugabo Wawe
13.Intandaro y’Ibibazo byo mu Urugo Ku Bagore
14.Ubwoko bw’Amahane
15.Menya Umugore Icyo Ari cyo Mu Rukundo
16.Kubaka Urugo Ni Ukuganira
17.Impamvu Umugore Ahura n’Ibibazo MU Rugo
18.Inkingi Zo Kubaka Urugo Ruhire I
19.Inkingi Zo Kubaka Urugo Ruhire II
20.Uko Nabanaga na Fiance Wanjye Tutarashakana
21.Intambwe 10 Zo Kureshya Umukobwa cyangwa Umugore
22.Uko Umugore Areshya Umugabo

GUTANDUKANA
Gutandukana birababaza kandi bitera agahinda. Muri izi nkuru turaganira k’uburyo umuntu yakwifata muri ayo maherere akunze kugwira ingo nyinshi 1.Inshuti y’Igitsina
2.Kwibagirwa
3.Kubaho Wenyine
4.Bombe Iguturikiye mu Maso

AMADINI N’IGITSINA
ICYO BIBILIYA IVUGA KU IGITSINA
Turebere hamwe uko Igitabo kiruta ibindi kivuga igitsina n’abashakanye. 1.Mutima w’Urugo
2.Umugambi Mubisha w’Indayi
3.Delila:Uko Igituba Cyogoshe Samusoni
4.Rusi:Dore Uko Wakwishakira Umugabo
5.Rahabu:Indayi Yakunzwe n’Uwiteka
6.Rugamba w’Umuyahudi
7.Dawidi:Iyo Umwami Yashyutswe…Hagwa Umuntu!
8.Imigenurano k’Umugore
9.Salomo:Amatwi Arimo Igituba Ntiyumva!
10.Igituba nk’Intwaro y’Intambara
11.Amategeko y’Umukobwa Uri mu Mihango
12.Uzarongore Abandi Ureke Aba
13.Mose/Musa Azira ko Atakebye Umuhungu we
14.Ibyo Gusenda Umugore
15.Sodoma:Inkomoko yo Kwendana mu Kibuno
16.Yazize Kwiyakana
17.Dina:Uko Igituba Cyatsembye Umugi
18.N’Abagore Bafata ku Ngufu…Byakwanga Bakiriza!
19.Loti:Uko Abakobwa Bibye Se Umugono
20.Intambwe zo Kubaka Urugo Ruhire
21.Ntimukimane
22.Kwirinda Umugore w’Inzaduka
23.Ibya ba Malaya
24.Indaya Zirashukana
25.Imyitwarire Ikwiriye Abagore
26.Dore Umugore w’Umutima
27.Mu Ijuru Ntibarongorana
28.Ibyo Gusenda Umugore
29.Ibyo Yesu/Yezu Yita Gusambana

ISLAM N’IGITSINA
Ibitekerezo binyuranye ku byerekeranye nuko idini ya Islam ibona igitsina no guhuza ibitsina 1.Islam na Viagra
2.Birabujijwe Guhuza Igitsina mu Mihango
3.Islam n’Agakingirizo
4.Igitsina Hagati y’Abashakanye
5.Islam no Kwikinisha
6.Imihango ya Mbere yo Guhuza Igitsina
7.Guhuza Igitsina mu Kibuno
8.Ubusugi muri Islam
9.Amategeko y’Igitsina Yoroheye Abagabo Muri Islam
10.Akamaro k’Igitsina muri Islam

KUBESHYUZA IBINYOMA BIVUGWA KU GITSINA
Hari impuha nyinshi zivugwa ku guswera, imboro n’igituba. Turerekana ukuri.
1.Ibinyoma ku Gitsina1
2.Ibinyoma ku Gitsina2
3.Ibinyoma ku Gitsina cy’Abagabo1
4.Ibinyoma ku Gitsina cy’Abagabo2

SITES NYARWANDA
Sites Zinyuranye Ziganira ku Rwanda 1.Ubuzima
2.References
3.Sites Zinyuranye
4.Amashyirahamwe
5.Amakuru
6.Amashuri
7.Umuziki
8.Umuco Nyarwanda
9.Inganda
10.Ikoranabuhanga
11.Amabanki mu Rwanda
12.Ubukerarugendo
13.Amahoteli-Hotels in Rwanda
14.Airlines-Ingendo z’Indege
15.Agences de Voyages
16.Politiki y’u Rwanda
17.Amashyaka ya Politiki mu Rwanda
18.Sites Ziganira ku Itsembabwoko
19.Imikino n’Imyidagaduro
20.Cinema

Copyright © 2007-2008 H.Bangambiki, Igituba and Igituba Web. All rights reserved. Birabujijwe gukoresha izi nkuru ku zindi site utabifitiye uburenganzira bw’umwanditsi.

WEDNESDAY, FEBRUARY 20, 2008
AMAFOTO YA POSISIYO ZO GUSWERA:UMUGORE HEJURU
Misiyoneri2 umugore hejuru

INKURU YA BANGAMBIKI SAA 10:19 AM
ETIQUETAS: GUSOHORA K’UMUGORE, HEJURU
DIGG REDDIT DEL.ICIO.US
0 IBITEKEREZO (SHYIRAHO IGITEKEREZO CYAWE!):
Post a Comment

Newer Post Older Post Home
Subscribe to: Post Comments (Atom)

Image de prévisualisation YouTube dans kaze neza moz-screenshot-1

musique

fbi-most wanted terrorists

Related Searches

  • Federal bureau of investigation
  • FBI MOST WANTED
  • Missing persons
  • Cia
  • Most wanted terrorists
  • Top Ten Fugitives
  • FBI careers
  • FBI T shirts
  • FBI agent
  • Most Wanted Terrorists Banner

    fbi-most wanted terrorists dans fbi imprimer_logo_cliofr

    Retour à l'accueil
    Pour découvrir le monde et ses cultures
     

    blank dans sexualité
    blank
    blank qui sommes-nous ? nous contacter nos catalogues Espace Voyageurs

    filet
    blank

    … des articles

    … le Clioscope

     

    blank

    Bibliothèque en ligne

    Auteurs

    Thèmes

    Pays

    En savoir plus sur l’auteur

    Bibliographie de l’article

    Recommander cet article

    Pour imprimer correctement cet article

    La mafia sicilienne : de « l’honorable société » à l’internationale du crime

    Philippe Conrad

    Historien. Directeur de séminaire au Collège Interarmées de Défense

    C’est l’assassinat en 1982 du général Dalla Chiesa, l’homme qui portait tous les espoirs des Siciliens dans la lutte contre la Mafia, qui, par les manifestations que son enterrement suscita, contraignit les pouvoirs publics à prendre vraiment tous les moyens pour rétablir un état de droit dans l’île. Philippe Conrad, historien, nous rappelle comment à ses origines « l’honorable société », premier nom de la Mafia et produit des traditions locales, fut d’abord un moyen pour les insulaires de résister aux différents envahisseurs qui se sont succédé dans son histoire et de protester contre la désaffection dont ils étaient l’objet de la part du pouvoir central. Cependant, le contre-pouvoir du départ devint un « système parallèle d’autorité » qui se substitua au pouvoir local jusqu’à constituer un État dans l’État. La lutte contre la Mafia, malgré les ripostes sanglantes dont sont l’objet les magistrats, policiers et journalistes, continue encore en Italie. 

    Le soir tombe sur Palerme – en ce vendredi 3 septembre 1982 – quand le général Carlo Alberto Dalla Chiesa quitte la préfecture en compagnie de son épouse. Ils montent à bord d’une Fiat blanche et s’éloignent, suivis par une autre voiture que conduit un agent de sécurité chargé de leur protection. Quelques centaines de mètres plus loin, rue Carini, le véhicule se retrouve entouré en quelques instants par une motocyclette et par deux voitures dont les occupants ouvrent immédiatement le feu. Touchés à la tête, le général et sa femme sont tués sur le coup ; l’agent de sécurité qui accourt est abattu à son tour. Celui en qui les Palermitains honnêtes mettaient tous leurs espoirs pour en finir avec la « pieuvre » est ainsi impitoyablement éliminé, mais cet assassinat est perçu par l’opinion italienne comme un défi insupportable lancé à l’État de droit et cette fois, le gouvernement de Rome se voit contraint d’intensifier la lutte contre le crime organisé. Le jour des obsèques des victimes, l’archevêque de Palerme, Mgr Pappalardo n’hésite pas à mettre en cause les pouvoirs publics alors que le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur, violemment conspués par la foule, ne doivent leur salut qu’à une prompte retraite en voiture blindée…

    Le règne de la terreur mafieuse

    Le scandale de la loge P2, la mort suspecte d’un banquier du Vatican, les questions relatives au terrorisme rouge ou noir avaient déjà sérieusement entamé la crédibilité de l’État italien, mais la mort tragique de celui qui était venu à bout des Brigades rouges et en qui la population mettait tous ses espoirs pour rétablir en Sicile la force de la loi apparaît comme « le crime de trop ». Le général Dalla Chiesa n’est pas la première victime de la Mafia, loin s’en faut, mais celle-ci, longtemps soucieuse de discrétion, répond désormais de manière spectaculaire, voire provocatrice, aux menaces que font peser sur elle policiers et magistrats.

    En juin 1963, sept carabiniers sont déchiquetés dans l’explosion d’une voiture piégée. En 1970, un journaliste est éliminé, sans doute parce qu’il s’intéressait de trop près aux conditions dans lesquelles avait disparu en 1962 le « roi du pétrole » italien, Enrico Mattei. En mai 1971, un procureur de la République, Pietro Scaglione, est abattu avec son chauffeur ; c’est une première, car la Mafia s’arrangeait jusque-là pour acheter des magistrats de cette importance ou pour exercer sur eux des pressions suffisamment fortes. Le colonel de carabiniers Giuseppe Russo et un journaliste trop curieux à propos de l’administration de la région autonome de Sicile tombent à leur tour. Michele Reina, secrétaire du parti démocrate-chrétien à Palerme, et Boris Giuliano, le chef de la brigade antigang qui avait porté de sérieux coups à la Sicilian Connection, sont les victimes suivantes et le successeur de Giuliano, Emmanuele Basile, connaît le même sort. En 1980, c’est le banquier de la Mafia, Michele Sindona, qui meurt en prison dans des conditions suspectes, avant l’ouverture de son procès. À peu près au même moment, le député Cesare Terranova, membre de la commission anti-Mafia, est assassiné, de même que le démocrate-chrétien Piersanti Matarelle qui dénonçait les liens entretenus par son parti avec « l’Honorable Société ». L’année 1980 voit également le meurtre de Gaetano Costa, le procureur de la République du tribunal de Palerme qui avait fait arrêter soixante-dix « hommes d’honneur », mais aussi, à Marseille, celui du juge Michel qui avait entrepris de débusquer les réseaux du trafic de drogue agissant entre l’Italie, la France et les États-Unis. Le 30 avril 1982, c’est le député sicilien Pio La Torre qui est abattu pour avoir présenté un projet de loi permettant de confisquer tous les biens suspects et créant le délit « d’association mafieuse » que les magistrats pourront interpréter de manière très extensive. Le printemps de 1982 voit également la mort de cinq carabiniers et celle d’un médecin légiste trop soucieux d’identifier les empreintes digitales d’un tueur.

    C’est dans ces circonstances dramatiques que le gouvernement décide de confier la préfecture de Palerme au général Dalla Chiesa qui, à la suite de l’assassinat d’Aldo Moro, a su utiliser avec succès les pleins pouvoirs qui lui ont été confiés pour venir à bout de la terreur que, depuis plusieurs années, les Brigades rouges faisaient régner en Italie. Il arrive à Palerme en mai… pour l’enterrement de Pio La Torre. Piémontais, le général a déjà effectué deux séjours en Sicile et il sait comment porter des coups significatifs à la Mafia, mais il ne reçoit pas du gouvernement de Giovanni Spadolini tout le soutien souhaité. Il voudrait pouvoir enquêter sur les patrimoines des suspects, en Sicile et dans toute l’Italie, grâce à une coordination rapide des différents services concernés, mais les pouvoirs locaux s’inquiètent et leurs représentants font pression sur les ministères romains pour paralyser l’action du général. Celui-ci cherche l’appui de la presse et de l’opinion et multiplie les contacts directs avec la « société civile » sicilienne. Il espère ainsi changer l’état d’esprit des gens vis-à-vis de la Mafia et marque des points auprès de l’Église, des syndicats et d’une partie de la jeunesse qu’exaspèrent les ravages effectués par le trafic de drogue. Tous ceux là sont accablés par l’attentat de la rue Carini, mais, cette fois, les plus hauts responsables de l’État semblent décidés à relever le défi. L’ancien chef de la sûreté intérieure, Emmanuele de Francesco, est envoyé sur place avec tous les pouvoirs et la loi réclamée par Pio La Torre est enfin votée.

    Il en faut davantage pour impressionner l’adversaire et au cours des mois qui suivent, les représentants de la puissance publique ou de la presse indépendante paient encore un lourd tribut : un capitaine de carabiniers, le doyen des juges d’instruction de Palerme, Rocco Chinnici, l’écrivain catanais Giuseppe Fava, le journaliste turinois Bruno Caccia qui enquêtait sur les ramifications de la Cosa Nostra dans le nord de l’Italie, un sénateur et un industriel refusant d’être rackettés sont assassinés, ainsi que plusieurs responsables de la police en Sicile. Plus chanceux que l’un de ses prédécesseurs, le substitut du procureur de Trapani, qui venait de démanteler un laboratoire de fabrication d’héroïne, échappe miraculeusement à un attentat, mais en ce début des années 1980, la violence mafieuse semble redoubler d’intense terrorisme des Brigades rouges au cours les « années de plomb » de la décennie 1970 – paraît impuissante à juguler le péril. L’adversaire est en effet de taille et le mal est ancien.

    Un produit de l’histoire sicilienne

    C’est sur un terreau anthropologique et historique bien particulier qu’est née et a fleuri la Mafia. Elle est étroitement liée aux réalités politiques et sociales d’une Sicile longtemps soumise à des maîtres étrangers tels que les Byzantins, musulmans, Normands, Souabes, Angevins, Aragonais, Espagnols, Bourbons de Naples et enfin, Piémontais une fois réalisée l’unité italienne, un pays toujours soucieux de préserver son autonomie et qui construit, au XIXe siècle, une société parallèle garante de la résistance à l’étranger, fondée sur tout un système de références archaïques et féodales. Celles-ci sont aisément identifiables : hiérarchie immuable, respect presque religieux pour le chef réputé infaillible, justice immédiate et expéditive reposant sur un code non écrit où la parole fait loi, sens du groupe, depuis les « familles » se partageant le contrôle d’une ville jusqu’à la « sicilianité » à défendre coûte que coûte contre les intrusions des pouvoirs extérieurs ou contre toute tentative d’un État centralisé cherchant à imposer son autorité. Ajoutés au culte de la virilité et à celui du secret, tous ces éléments composent dans leur simplicité, leur théâtralité et leur violence le ciment d’une contre-société qui finit par se confondre, sur fond de corruption et de pouvoir parallèle, avec la société tout court.

    Dès 1838, bien avant la réalisation de l’unité italienne, le procureur général représentant à Trapani la justice du royaume bourbonien et napolitain des Deux-Siciles constatait « qu’il n’y a pas d’employé en Sicile qui ne se prosterne au simple signe d’un homme autoritaire et qui n’ait pensé tirer profit de sa charge. Cette corruption générale a conduit le peuple à recourir à des remèdes tout à fait étranges et dangereux. Il y a dans beaucoup de localités des fraternités, des sortes de sectes qui se disent des partis, sans réunions, sans autre lien que celui de la dépendance par rapport à un chef, qui est ici un propriétaire terrien, là un archiprêtre. Une caisse commune convient aux besoins, tantôt de faire un fonctionnaire, tantôt de le gagner, tantôt de le protéger, tantôt d’inculper un innocent. Le peuple en est venu à s’entendre avec les coupables. Lorsqu’il se produit des vols, on voit apparaître des médiateurs qui proposent des transactions pour la récupération des objets ou du bétail volés. Beaucoup de magistrats de rang élevé couvrent cette fraternité d’une protection impénétrable… Au centre de cet état de dissolution, il y a une capitale, avec son luxe et ses prétentions féodales en plein XIXe siècle. Une ville où vivent quarante mille propriétaires dont la subsistance dépend du luxe et du caprice des grands. Dans ce nombril de la Sicile [il s'agit de Palerme], on vend les charges publiques, on corrompt la justice, on fomente l’ignorance… »

    La réalité de la Mafia est, on le voit, antérieure au rattachement de la Sicile au jeune royaume d’Italie et c’est dans la tradition du banditisme local, parfois confondu avec la rébellion contre l’ordre établi, qu’il faut chercher ses origines, chez ces « primitifs de la révolte » si bien étudiés par l’historien britannique Éric Hobsbawm. Ce « temps des brigands » renvoie à la fin du XVIIIe siècle, à l’insurrection palermitaine de 1820, au soulèvement de 1848, au débarquement garibaldien de 1860 et à la révolte qui embrase de nouveau Palerme en 1866 et s’étend alors dans tout l’ouest de l’île, marquée par l’assassinat du commissaire de Monreale et par le massacre sauvage des carabiniers de Boccadifalco. La répression « piémontaise » permet de rétablir l’ordre, mais quand un groupe de parlementaires italiens se rend en Sicile en 1867 pour y enquêter sur l’insécurité qui règne dans l’île et sur l’hostilité manifestée par la population aux représentants du gouvernement de Florence, il constate que délinquance et dissidence politique sont nées de la désillusion des Siciliens, déçus par l’annexion au nouveau royaume. Ces mêmes députés n’emploient pas encore le terme de « Mafia » qui s’imposera ensuite et dont l’origine demeure mystérieuse, même si certains penchent pour une piste arabe : les musulmans venus de l’actuelle Tunisie ont occupé l’île au IXe siècle et n’en ont été complètement expulsés qu’au XIe, siècle à l’époque où Frédéric II de Hohenstaufen régnait à Palerme. Mafia viendrait de màhfal, qui désigne « l’assemblée », ou de mahyàs qui signifie « protéger » ou « défendre ».

    Il s’agit bien pour les Siciliens de se défendre face à un État qui impose une fiscalité beaucoup plus lourde que celle de l’ancien régime bourbonien, alors que les investissements décidés par le gouvernement installé à Florence puis à Rome vont en priorité au Piémont et à la Lombardie. Le débarquement à Marsala, en 1860, de « l’expédition des Mille » conduite par Garibaldi avait fait naître quelques espoirs de réforme agraire et de transformation sociale, mais l’immobilisme avait finalement triomphé et le député sicilien Francesco Crispi – qui se fera plus tard le champion malheureux de l’expansion coloniale italienne – n’hésitait pas alors à proclamer que la population insulaire détestait le gouvernement de Rome, qu’elle considérait comme bien pire que celui des Bourbons de Naples.

    La mise en place d’un « système parallèle d’autorité »

    Délinquance, brigandage et banditisme organisé se développent rapidement à partir de 1860. Les anciens partisans de Garibaldi refusent de revenir à la vie civile, quand ils constatent que la victoire de l’insurrection ne change rien à leur sort. Quand le nouveau royaume d’Italie veut imposer le service militaire à partir de 1861, de nombreux insoumis prennent le maquis et c’est dans ces marges sociales que la Mafia naissante peut recruter ses hommes de main.

    Comme l’explique Marie-Anne Matard, la meilleure spécialiste française de cette question, « l’Honorable Société n’est pas une simple association de hors-la-loi, mais une nouvelle structure de pouvoir. Alors que le fossé se creuse entre l’État italien et le peuple sicilien, elle se présente comme un « système parallèle d’autorité ». Directement issu des cadres préexistants de la vie politique et sociale, le nouveau pouvoir semble ainsi prolonger le féodalisme, très tardivement aboli en Sicile, lors de l’occupation anglaise, en 1812. Relayant les barons, les chefs mafieux incarnent d’abord et avant tout l’autorité locale, du pays ou de la région, et beaucoup sont plus respectés que les représentants du pouvoir central… » Pouvoir parallèle, la Mafia, étroitement liée aux classes dirigeantes siciliennes, entreprend rapidement de prendre le contrôle du pouvoir politique légal. Dans toute la Sicile occidentale, elle « fait » les élections et peut ainsi s’assurer complicités et protections au plus haut niveau de l’État. Sur le terrain local, les familles les plus importantes se partagent bourgs et régions et fournissent les médiateurs – petits notables, avocats, paysans aisés, régisseurs de glotti – qui recrutent selon leur bon vouloir la main-d’œuvre paysanne et qui gèrent les exploitations des grands propriétaires absentéistes en leur garantissant la pérennité de la rente foncière – sont des caciques locaux qui constituent l’armature principale de l’organisation mafieuse et assurent le contrôle social des masses rurales arriérées et soumises. Les délits commis par de petites bandes armées réunies autour d’un chef local persistent dans le dernier tiers du XIXe siècle, mais c’est une délinquance beaucoup plus organisée, créatrice d’une illégalité devenue structurelle, qui s’impose à cette époque et permet à la Mafia de renouveler régulièrement ses « hommes d’honneur » – en fait les hommes de main chargés des sales besognes – et ses cadres, transformés en paisibles notables prenant bien soin de ne pas afficher une fortune aussi soudaine que suspecte. L’abigeato, le vol des bovins, est alors une industrie nationale en Sicile, mais la Mafia contrôle également le commerce de la glace ou du café de contrebande importé de Tunisie et prélève un pourcentage sur les transactions foncières ou immobilières.

    Toutes les tentatives de l’État central pour venir à bout de ces diverses formes de délinquance échouent les unes après les autres, du fait de la résistance de la classe politique locale et des soutiens qu’elle s’est assurés à Rome. L’arrestation ou l’exécution du menu fretin des coupables ne changent rien à la situation et n’entament pas le pouvoir de l’Onorata Societa. La mainmise de celle-ci sur l’opinion insulaire est à peu près totale à la fin du XIXe siècle. Personne ne peut espérer gagner une élection sans le soutien de la Mafia et l’assassinat d’un maire de Palerme demeure impuni parce que les Siciliens unanimes prennent le parti du député accusé d’avoir commandité le meurtre. Celui-ci est d’abord acquitté pour vice de forme avant d’être finalement lavé de tout soupçon. C’est l’époque qui voit le savant ethnologue Giuseppe Pitré affirmer que « le mafieux n’est ni un voleur, ni un malandrin. C’est simplement un homme de valeur qui ne se laisse pas marcher sur les pieds ; dans ce sens, être mafieux est nécessaire, presque indispensable… » Très présente dans les rouages de l’État central, ce qui lui garantit une impunité à peu près totale, la Mafia peut aussi soulever l’opinion sicilienne contre ce même État s’il manifeste des velléités de rétablir la légalité.

    Mussolini contre la Mafia

    Prompts à se dresser contre le pouvoir de Rome, les mafiosi demeurent attachés à l’ordre social traditionnel et quand l’agitation révolutionnaire gagne la Sicile au lendemain de la première guerre mondiale, ils prennent clairement parti contre les paysans rebelles qui multiplient alors les occupations de terres. Au début des années vingt, ils font cause commune avec les premiers fascistes locaux, mais la situation change rapidement après l’instauration du régime mussolinien. On voit alors des politiciens libéraux comme Vittorio Emmanuele Orlando s’affirmer « mafieux et fier de l’être » et présenter l’Honorable Société comme un pôle de résistance nécessaire face à l’évolution autoritaire et liberticide du nouveau régime. Dans un discours prononcé à Trapani en 1924, Mussolini affirme qu’il ne tolérera plus que « quelques centaines de malfaiteurs détruisent, appauvrissent et rançonnent la population sicilienne ». Soucieux d’imposer son autorité et de conjurer tout danger séparatiste dans l’île, le Duce, qui veut « dépouiller cette association de brigands de toute espèce de poésie et d’attrait » et qui s’indigne que l’on parle de « la noblesse et de l’esprit chevaleresque de la Mafia » décide d’envoyer sur place en 1924, à Trapani puis à Palerme, un fonctionnaire intègre, le préfet Cesare Mori. Celui-ci emploie les grands moyens pour en finir avec le banditisme classique, notamment dans la région montagneuse des Madonies, dans l’arrière-pays de Cefalù. Carabiniers et miliciens fascistes quadrillent le pays, les familles mafieuses sont identifiées et leurs biens saisis, des centaines d’arrestations sont opérées. Mêlant répression et action psychologique en direction des populations, il obtient des résultats spectaculaires et la traditionnelle omertà, la loi du silence, ne protège plus toujours les chefs mafieux. Le marquage systématique du bétail, le licenciement de nombreux gabellotti, les enquêtes menées sur le patrimoine de certains suspects permettent alors de porter des coups très durs aux mafiosi. Mori est pourtant remercié en juin 1929, après avoir fait disparaître le banditisme classique de la « petite Mafia ». Cela suffit à Mussolini, satisfait d’être sorti vainqueur de cette épreuve de force, mais soucieux de s’attacher les notables siciliens qui, en adoptant la chemise noire, se sont indirectement mis à l’abri d’enquêtes trop poussées. L’Honorable Société n’est donc pas démantelée et la seconde guerre mondiale lui fournit rapidement l’occasion de retrouver tout son pouvoir.

    Dès la fin du XIXe siècle, la misère a poussé vers le Nouveau Monde de nombreux Siciliens, qui ont constitué à New York et dans d’autres grandes villes d’Amérique du Nord d’importantes communautés, bientôt mises en coupe réglée par des compatriotes entreprenants, soucieux d’assurer leur « protection ». Les années vingt et la prospérité qui les accompagne outre-Atlantique voient la Mano Nera du début du siècle remplacée par l’Union Sicilienne, ancêtre de la Cosa Nostra, au sein de laquelle s’illustrent de la manière que l’on sait, à la faveur de la prohibition, les Al Capone, Lucky Luciano, Vito Genovese, Frank Costello ou Joe Profaci.

    Dès 1942, les Américains se préoccupent d’un futur débarquement en Sicile et bénéficient dans cette perspective des conseils avisés de Lucky Luciano, l’un des plus célèbres mafieux des États-Unis qui, condamné à cinquante ans de prison, est libéré sur parole pour la circonstance. Quand le débarquement anglo-américain intervient en juillet 1943, les trois quarts des maires désignés par le gouvernement militaire allié mis en place dans l’île sont des mafieux notoires. Alors que l’incertitude demeure quant à l’évolution politique future de l’Italie, ces « notables » sont des interlocuteurs idéaux pour les Américains et ils leur réclament même la constitution d’une république sicilienne indépendante. La Mafia est derrière cette entreprise séparatiste qu’incarne alors Salvatore Giuliano. Accusé de marché noir, ce jeune paysan de Montelepre a tué un policier en septembre 1943 et a pris le maquis dans les montagnes voisines où de nombreux autres jeunes braccianti en situation très précaire le rejoignent au cours des mois suivants. « Bandit d’honneur », Giuliano n’hésite pas à attaquer les carabiniers et à faire bénéficier d’une partie de ses larcins les populations misérables de sa région, ce qui lui vaut d’acquérir un immense prestige. Durant l’été de 1945, des monarchistes soutenant le mouvement séparatiste le font « colonel » de leur Esercito Volontario di Independenza Siciliana (EVIS), mais l’octroi, en 1946, d’un statut d’autonomie à l’île prive les séparatistes du soutien populaire alors que la Mafia voit immédiatement le profit qu’elle peut tirer de la liberté d’action qui va désormais être la sienne dans le cadre de la nouvelle administration régionale.

    Les élections d’avril 1947, qui scellent l’échec du courant séparatiste, sont marquées par une forte poussée de la gauche, dans un contexte de bipolarisation avec la démocratie chrétienne. La Mafia a rapidement fait son choix, il s’agit maintenant pour elle de lutter contre la gauche et plus particulièrement, contre les communistes. Giuliano intervient dans la mise en œuvre de cette nouvelle stratégie. Le 1er mai 1947, il attaque un rassemblement de gauche à Portella della Ginestra et l’opération fait plusieurs victimes. D’autres actions analogues sont menées au cours des semaines suivantes. Mais Giuliano n’est en fait qu’un homme de main qui risque de devenir trop bavard et il est assassiné le 14 juillet 1950 par son frère d’adoption, Gaspare Pisciotta, qui mourra lui-même empoisonné en prison avant d’avoir eu le temps de faire des révélations gênantes.

    Alors qu’elle semble avoir perdu de son influence à la faveur de l’instauration du régime républicain, la Mafia établit en fait des liens étroits avec la démocratie chrétienne devenue le premier parti de Sicile. Elle peut ainsi intervenir dans l’administration de la région, dotée désormais d’une large autonomie et le système clientéliste qui faisait sa force est rapidement rétabli. La loi de réforme agraire de 1950 – dont l’application est contrôlée par l’administration régionale – permet toutes les spéculations en même temps que l’exercice de pressions sur les petits paysans qui doivent en bénéficier. La maîtrise de la création d’emplois publics – qui relève de l’autorité régionale – favorise également le clientélisme et contribue au développement de l’influence mafieuse. L’obtention des permis de construire, dans le contexte du boom immobilier de l’après-guerre – Palerme ayant été en grande partie détruite par les bombardements alliés – permet de privilégier les entreprises mafieuses, qui savent en retour se montrer généreuses quand vient le moment des campagnes électorales… L’expansion économique des « Trente Glorieuses » engendre des conditions favorables au développement des activités mafieuses. Racket, spéculation immobilière, contrebande de cigarettes et trafic de drogue deviennent des champs d’activité particulièrement rentables. Les « familles » s’entre-déchirent pour le contrôle de certains secteurs car la « Mafia des jardins » ou « des champs », très présente dans les orangeraies de la Conca d’Oro où elle contrôle le marché foncier ou l’irrigation, se heurte à la « Mafia des villes » ou « des chantiers », spécialisée dans l’immobilier et recyclant l’argent sale dans les chaînes de restaurants. Un blanchiment bientôt favorisé par l’instauration de la libre circulation des capitaux dans l’Europe en construction. De nombreuses victimes disparaissent alors et nul ne retrouve leurs cadavres, discrètement coulés dans le béton des immeubles en construction… L’extermination du clan Navarra, de Corleone, par Luciano Liggio est l’un des épisodes les plus sanglants de ces luttes sans merci.

    Elle devient une multinationale du crime

    La Mafia devient alors plus violente et plus que le pouvoir local ou la considération qu’il procure, c’est la richesse qui constitue l’objectif des nouvelles générations. Une « Mafia des chefs d’entreprise » véreux, organisée en une véritable multinationale du crime, se substitue désormais à la Mafia rurale issue des archaïsmes de la société sicilienne du XIXe siècle. Violence, intimidation, blanchiment des sommes astronomiques tirées des activités illégales et docilité des employés des entreprises mafieuses constituent des atouts considérables pour ces nouveaux capi, « chefs », qui n’ont guère de mal à prendre le contrôle de secteurs entiers de l’économie sicilienne ou italienne. La puissance financière, tirée du trafic de drogue, procure de nouveau les moyens de neutraliser pour une part l’État italien au sein duquel il devient possible d’acheter de précieuses complicités, ce dont témoignent les soupçons très sérieux qui se sont portés sur un Giulio Andreotti, président du Conseil à sept reprises et véritable centre de gravité du système politique transalpin pendant plusieurs décennies. La commission anti Mafia constituée au Parlement en 1962 n’a ainsi obtenu que de très modestes résultats et bon nombre de fonctionnaires, de policiers et de magistrats honnêtes ont payé de leur vie leur volonté de lutter sérieusement contre le crime organisé. La série d’assassinats qui a marqué les années 1970 et qui a culminé en 1982 avec les meurtres de Pio La Torre et du général Dalla Chiesa a cependant contribué à une évolution des esprits, surtout en Sicile où la Mafia ne peut plus bénéficier du consensus tacite qui lui garantissait une impunité à peu près totale. C’est désormais par la terreur qu’elle doit s’imposer, mais les enquêtes de magistrats tels que Giovanni Falcone et Ferdinando Imposimato permettent de lui porter des coups de plus en plus sérieux.

    Le procès de Palerme et la revanche des mafieux

    L’arrivée à Rome en 1984 de Tommaso Buscetta, extradé du Brésil, constitue un tournant dans la lutte contre la Mafia. Trafiquant de drogue et notable mafieux de grande envergure, celui-ci avait quitté Palerme en 1981 pour échapper aux tueurs de Michele et Pino Greco, les « nouveaux Corleonais ». L’assassinat de son beau-frère, de deux de ses fils, d’un de ses gendres et enfin de son frère – qui simple artisan, n’avait rien à voir avec la Mafia – le conduit à parler. À l’issue d’une confession d’un mois, trois mille carabiniers et policiers peuvent procéder, le 29 septembre 1984, à une rafle d’envergure qui permet d’arrêter plusieurs dizaines de mafieux immédiatement transportés vers les prisons du nord de l’Italie. Après Buscetta, Salvatore Contorno, l’un des rescapés d’une famille décimée par les « Corleonais », Vincenzo Sinagra et une vingtaine d’autres repentis vont permettre d’accumuler les preuves et en février 1986, quatre cent soixante-quinze inculpés, sur huit cent quarante, comparaissent devant le tribunal de Palerme. Celui-ci est en fait un véritable bunker où des mesures de sécurité exceptionnelles ont été prises : la seule construction des bâtiments a coûté cinquante quatre milliards de lires, soit un peu moins de vingt-huit millions d’euros. Le dossier d’instruction compte plus de huit mille pages, regroupées en quarante volumes et concerne près de cent homicides. Vingt-deux autres volumes rassemblent les pièces relatives aux comptes bancaires et au recyclage de l’argent sale. Deux mille policiers et carabiniers sont chargés de la protection du tribunal, des magistrats des témoins et de la quinzaine de familles de victimes qui ont eu le courage de se porter parties civiles, sans trouver un avocat sicilien acceptant de les défendre. Buscetta, dont une opération chirurgicale a modifié les traits, témoigne le 7 avril, hors de la vue des accusés et du public. Le procès traîne, car les mafieux et leurs avocats utilisent toutes les subtilités juridiques leur permettant de gagner du temps et le 7 octobre, la Mafia tue un enfant dont la famille, employée au nettoyage du tribunal, refusait de se laisser corrompre… Force reste pourtant à la justice et de lourdes peines de prison s’abattent sur les coupables, mais la Mafia n’est pas morte pour autant et sa vengeance sera terrai 1992, plusieurs centaines de kilos d’explosifs placés dans une canalisation sous le bitume de l’autoroute conduisant à l’aéroport de Palerme sont activées à distance ; les trois gardes du corps installés dans une première voiture sont tués sur le coup ; le juge Falcone et son épouse – dont le véhicule plonge dans le cratère de huit mètres de profondeur creusé par l’explosion – meurent au cours de leur transfert à l’hôpital. Le 19 juillet suivant, c’est le juge Paolo Borsellino – l’un des artisans du procès de Palerme de 1986 – qui est tué avec cinq autres personnes par l’explosion d’une voiture piégée. Le 21 juillet, lors de l’enterrement de Giovanni Falcone – qui a réuni quinze mille personnes à Palerme – de violentes manifestations éclatent. Le 27 juillet, c’est Giovanni Lizzio, chef de la cellule anti-racket de Catane, qui est abattu à son tour. Face à une opinion publique révulsée par ces attentats odieux, le pouvoir politique est contraint de réagir. Deux jours après la mort de Giovanni Falcone, Luigi Scalfaro est élu au seizième tour président de la République. Le 28 juin, après une crise ministérielle entamée depuis quatre-vingt-trois jours, Giuliano Amato constitue enfin un ministère. Le 7 août, un décret-loi anti-Mafia permet d’accélérer les procédures juridico-policières et accorde des pouvoirs exceptionnels aux magistrats engagés dans la lutte contre le crime organisé.

    Dès le 6 septembre, l’un des chefs de la Mafia, Giuseppe Madonia, est appréhendé et d’autres arrestations suivent. Peu de temps après, la campagne « mains propres » conduite par les juges contre la corruption – avec le soutien massif de l’opinion publique – permet, à la faveur des élections de juin 1993, la régénération d’un système politique italien aussi sclérosé qu’incapable et la justice peut ainsi marquer des points décisifs, alors que se mettent en place de nouveaux rapports de force électoraux dont font les frais les communistes à gauche et la démocratie chrétienne à droite.

    La lutte contre le crime organisé porte depuis régulièrement ses fruits, mais si des centaines de mafieux ont été arrêtés, dont les assassins des juges Falcone et Borsellino, les réformes de la justice qui sont aujourd’hui à l’étude en Italie risquent de remettre en question ce bilan positif. Elles sont envisagées dans la perspective de la défense des droits du citoyen contre l’arbitraire d’un juge, mais en autorisant par exemple – au nom du « soupçon légitime » quant à l’impartialité d’un magistrat – le déplacement d’un procès d’une cour vers une autre, elles pourraient offrir aux mafieux et à leurs avocats des moyens sérieux pour entraver l’action de la justice, ce qu’a récemment fait valoir Pier Luigi Vigna, actuel responsable de la Procura Nazionale AntiMafia.
    Philippe Conrad

    Septembre 2002
    Copyright Clio 2008 – Tous droits réservés
     
    Bibliographie

    La vie quotidienne de la mafia de 1950 a nos jours La vie quotidienne de la mafia de 1950 a nos jours
    Fabrizio Calvi
    Le livre de poche, Paris, 1993
    Meurtre imparfait. L'affaire Dalla Chiesa Meurtre imparfait. L’affaire Dalla Chiesa
    Nando Dalla Chiesa
    Diana Levi, 1984
    Les Hommes du déshonneur : La Stupéfiante Confession du repenti Antonio Calderone Les Hommes du déshonneur : La Stupéfiante Confession du repenti Antonio Calderone
    Pino Arlacchi, Françoise Brun
    Albin Michel, Paris, 1993
    Histoire de la Mafia Histoire de la Mafia
    Giuseppe Falzone
    Fayard, Paris, 1973
    La Mafia La Mafia
    Max Gallo
    Éditions Seghers, 1972
    Les primitifs de la révolte dans l'Europe moderne Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne
    Éric Hobsbawm
    Fayard, 1959
    L'irrésistible ascension de la mafia L’irrésistible ascension de la mafia
    Marie-Anne Matard
    L’Histoire, n°89, mai 1986
    blank

    filet
    blank

    Clio recrute  |  Stages  |  Espace conférenciers  |  Recommander ce site à un ami

    Clio, tous droits réservés (Copyright 2008), est éditeur de ce site. Dernière mise à jour le 22 mai 2008

    _uacct = « UA-90926-2″; urchinTracker();

    _uacct = « UA-1603990-1″; urchinTracker(); Poll();Fbi

    transpix
    BiblioMonde transpix geo-off transpix lang-off transpix livres-off transpix auteurs-off transpix editeurs-off transpix recherche-off
    transpix

    transpix

    Cosa Nostra, l’histoire de la mafia sicilienne

    par John Dickie  

    ( Livre )
    Buchet-Chastel
    2007, 515 p., 25 euros
    ISBN : 2283021871

    L’histoire de la mafia sicilienne de 1860 à nos jours : une enquête journalistiqueLe 11 avril 2006, au lendemain de la victoire électorale de Romano Prodi, l’Italie apprend la stupéfiante nouvelle : Bernardo Provenzano dit « Le Tracteur », en cavale depuis quarante-trois ans, vient d’être fait prisonnier dans une bergerie décrépite non loin du village de son enfance.

    La date de l’arrestation du chef de Cosa Nostra, parrain de la mafia sicilienne, parrain des parrains, n’est pourtant pas due au hasard : Silvio Berlusconi n’avait jamais dissimulé son antipathie pour les juges de Palerme. Nul ne peut dire aujourd’hui à quel point cette matinée du 11 avril 2006 sera significative dans l’histoire de Cosa Nostra, mais déjà de nombreux observateurs s’interrogent sur le moment choisi par l’État italien pour répondre à l’organisation criminelle la plus secrète, la plus violente et la plus célèbre du monde.

    La question des liens entre l’État italien et la mafia, celle du laxisme des gouvernements successifs, voire de la collusion de nombre de leurs représentants avec une criminalité aussi cruelle et aussi lucrative depuis cent cinquante ans, est précisément au centre de cette première histoire complète de la mafia sicilienne. Du code des premiers « hommes d’honneur » au XIXe siècle dans les champs de citronniers de la Sicile à ce matin d’avril 2006, John Dickie nous révèle les mystères des initiations cachées et immuables, le trafic de l’héroïne, l’ascension sanglante de la célèbre famille de Corleone et la naissance de la mafia américaine.

    Il nous raconte l’omerta trahie par les mafieux repentis comme Tommaso Buscetta, le maxi-procès de 1987, l’assassinat brutal en 1992 de Giovanni Falcone, figure de proue du pôle antimafia italien, qui indigna l’Italie; et toujours cette violence des rafales de mitraillette en pleine rue, ces meurtres dans l’obscurité, ces corps dissous dans l’acide, jetés à la mer ou découpés et donnés aux cochons…

    Dans BiblioMonde

    Histoire de la mafia : une étude universitaire

    Cosa Nostra, un siècle d’histoire : la branche américaine de la mafia italienne

    ____________________________________________

    Si vous commandez ce livre à partir de cette page, BiblioMonde touchera une commission et vous participerez ainsi au financement du site.

     

    img_pres_long_5404

    commande

    _uacct = « UA-995522-18″; urchinTracker();

    imprimer_logo_cliofr

    Retour à l'accueil
    Pour découvrir le monde et ses cultures
     

    blank
    blank
    blank qui sommes-nous ? nous contacter nos catalogues Espace Voyageurs

    filet
    blank

    … des articles

    … le Clioscope

     

    blank

    Bibliothèque en ligne

    Auteurs

    Thèmes

    Pays

    En savoir plus sur l’auteur

    Bibliographie de l’article

    Recommander cet article

    Pour imprimer correctement cet article

    La mafia sicilienne : de « l’honorable société » à l’internationale du crime

    Philippe Conrad

    Historien. Directeur de séminaire au Collège Interarmées de Défense

    C’est l’assassinat en 1982 du général Dalla Chiesa, l’homme qui portait tous les espoirs des Siciliens dans la lutte contre la Mafia, qui, par les manifestations que son enterrement suscita, contraignit les pouvoirs publics à prendre vraiment tous les moyens pour rétablir un état de droit dans l’île. Philippe Conrad, historien, nous rappelle comment à ses origines « l’honorable société », premier nom de la Mafia et produit des traditions locales, fut d’abord un moyen pour les insulaires de résister aux différents envahisseurs qui se sont succédé dans son histoire et de protester contre la désaffection dont ils étaient l’objet de la part du pouvoir central. Cependant, le contre-pouvoir du départ devint un « système parallèle d’autorité » qui se substitua au pouvoir local jusqu’à constituer un État dans l’État. La lutte contre la Mafia, malgré les ripostes sanglantes dont sont l’objet les magistrats, policiers et journalistes, continue encore en Italie. 

    Le soir tombe sur Palerme – en ce vendredi 3 septembre 1982 – quand le général Carlo Alberto Dalla Chiesa quitte la préfecture en compagnie de son épouse. Ils montent à bord d’une Fiat blanche et s’éloignent, suivis par une autre voiture que conduit un agent de sécurité chargé de leur protection. Quelques centaines de mètres plus loin, rue Carini, le véhicule se retrouve entouré en quelques instants par une motocyclette et par deux voitures dont les occupants ouvrent immédiatement le feu. Touchés à la tête, le général et sa femme sont tués sur le coup ; l’agent de sécurité qui accourt est abattu à son tour. Celui en qui les Palermitains honnêtes mettaient tous leurs espoirs pour en finir avec la « pieuvre » est ainsi impitoyablement éliminé, mais cet assassinat est perçu par l’opinion italienne comme un défi insupportable lancé à l’État de droit et cette fois, le gouvernement de Rome se voit contraint d’intensifier la lutte contre le crime organisé. Le jour des obsèques des victimes, l’archevêque de Palerme, Mgr Pappalardo n’hésite pas à mettre en cause les pouvoirs publics alors que le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur, violemment conspués par la foule, ne doivent leur salut qu’à une prompte retraite en voiture blindée…

    Le règne de la terreur mafieuse

    Le scandale de la loge P2, la mort suspecte d’un banquier du Vatican, les questions relatives au terrorisme rouge ou noir avaient déjà sérieusement entamé la crédibilité de l’État italien, mais la mort tragique de celui qui était venu à bout des Brigades rouges et en qui la population mettait tous ses espoirs pour rétablir en Sicile la force de la loi apparaît comme « le crime de trop ». Le général Dalla Chiesa n’est pas la première victime de la Mafia, loin s’en faut, mais celle-ci, longtemps soucieuse de discrétion, répond désormais de manière spectaculaire, voire provocatrice, aux menaces que font peser sur elle policiers et magistrats.

    En juin 1963, sept carabiniers sont déchiquetés dans l’explosion d’une voiture piégée. En 1970, un journaliste est éliminé, sans doute parce qu’il s’intéressait de trop près aux conditions dans lesquelles avait disparu en 1962 le « roi du pétrole » italien, Enrico Mattei. En mai 1971, un procureur de la République, Pietro Scaglione, est abattu avec son chauffeur ; c’est une première, car la Mafia s’arrangeait jusque-là pour acheter des magistrats de cette importance ou pour exercer sur eux des pressions suffisamment fortes. Le colonel de carabiniers Giuseppe Russo et un journaliste trop curieux à propos de l’administration de la région autonome de Sicile tombent à leur tour. Michele Reina, secrétaire du parti démocrate-chrétien à Palerme, et Boris Giuliano, le chef de la brigade antigang qui avait porté de sérieux coups à la Sicilian Connection, sont les victimes suivantes et le successeur de Giuliano, Emmanuele Basile, connaît le même sort. En 1980, c’est le banquier de la Mafia, Michele Sindona, qui meurt en prison dans des conditions suspectes, avant l’ouverture de son procès. À peu près au même moment, le député Cesare Terranova, membre de la commission anti-Mafia, est assassiné, de même que le démocrate-chrétien Piersanti Matarelle qui dénonçait les liens entretenus par son parti avec « l’Honorable Société ». L’année 1980 voit également le meurtre de Gaetano Costa, le procureur de la République du tribunal de Palerme qui avait fait arrêter soixante-dix « hommes d’honneur », mais aussi, à Marseille, celui du juge Michel qui avait entrepris de débusquer les réseaux du trafic de drogue agissant entre l’Italie, la France et les États-Unis. Le 30 avril 1982, c’est le député sicilien Pio La Torre qui est abattu pour avoir présenté un projet de loi permettant de confisquer tous les biens suspects et créant le délit « d’association mafieuse » que les magistrats pourront interpréter de manière très extensive. Le printemps de 1982 voit également la mort de cinq carabiniers et celle d’un médecin légiste trop soucieux d’identifier les empreintes digitales d’un tueur.

    C’est dans ces circonstances dramatiques que le gouvernement décide de confier la préfecture de Palerme au général Dalla Chiesa qui, à la suite de l’assassinat d’Aldo Moro, a su utiliser avec succès les pleins pouvoirs qui lui ont été confiés pour venir à bout de la terreur que, depuis plusieurs années, les Brigades rouges faisaient régner en Italie. Il arrive à Palerme en mai… pour l’enterrement de Pio La Torre. Piémontais, le général a déjà effectué deux séjours en Sicile et il sait comment porter des coups significatifs à la Mafia, mais il ne reçoit pas du gouvernement de Giovanni Spadolini tout le soutien souhaité. Il voudrait pouvoir enquêter sur les patrimoines des suspects, en Sicile et dans toute l’Italie, grâce à une coordination rapide des différents services concernés, mais les pouvoirs locaux s’inquiètent et leurs représentants font pression sur les ministères romains pour paralyser l’action du général. Celui-ci cherche l’appui de la presse et de l’opinion et multiplie les contacts directs avec la « société civile » sicilienne. Il espère ainsi changer l’état d’esprit des gens vis-à-vis de la Mafia et marque des points auprès de l’Église, des syndicats et d’une partie de la jeunesse qu’exaspèrent les ravages effectués par le trafic de drogue. Tous ceux là sont accablés par l’attentat de la rue Carini, mais, cette fois, les plus hauts responsables de l’État semblent décidés à relever le défi. L’ancien chef de la sûreté intérieure, Emmanuele de Francesco, est envoyé sur place avec tous les pouvoirs et la loi réclamée par Pio La Torre est enfin votée.

    Il en faut davantage pour impressionner l’adversaire et au cours des mois qui suivent, les représentants de la puissance publique ou de la presse indépendante paient encore un lourd tribut : un capitaine de carabiniers, le doyen des juges d’instruction de Palerme, Rocco Chinnici, l’écrivain catanais Giuseppe Fava, le journaliste turinois Bruno Caccia qui enquêtait sur les ramifications de la Cosa Nostra dans le nord de l’Italie, un sénateur et un industriel refusant d’être rackettés sont assassinés, ainsi que plusieurs responsables de la police en Sicile. Plus chanceux que l’un de ses prédécesseurs, le substitut du procureur de Trapani, qui venait de démanteler un laboratoire de fabrication d’héroïne, échappe miraculeusement à un attentat, mais en ce début des années 1980, la violence mafieuse semble redoubler d’intense terrorisme des Brigades rouges au cours les « années de plomb » de la décennie 1970 – paraît impuissante à juguler le péril. L’adversaire est en effet de taille et le mal est ancien.

    Un produit de l’histoire sicilienne

    C’est sur un terreau anthropologique et historique bien particulier qu’est née et a fleuri la Mafia. Elle est étroitement liée aux réalités politiques et sociales d’une Sicile longtemps soumise à des maîtres étrangers tels que les Byzantins, musulmans, Normands, Souabes, Angevins, Aragonais, Espagnols, Bourbons de Naples et enfin, Piémontais une fois réalisée l’unité italienne, un pays toujours soucieux de préserver son autonomie et qui construit, au XIXe siècle, une société parallèle garante de la résistance à l’étranger, fondée sur tout un système de références archaïques et féodales. Celles-ci sont aisément identifiables : hiérarchie immuable, respect presque religieux pour le chef réputé infaillible, justice immédiate et expéditive reposant sur un code non écrit où la parole fait loi, sens du groupe, depuis les « familles » se partageant le contrôle d’une ville jusqu’à la « sicilianité » à défendre coûte que coûte contre les intrusions des pouvoirs extérieurs ou contre toute tentative d’un État centralisé cherchant à imposer son autorité. Ajoutés au culte de la virilité et à celui du secret, tous ces éléments composent dans leur simplicité, leur théâtralité et leur violence le ciment d’une contre-société qui finit par se confondre, sur fond de corruption et de pouvoir parallèle, avec la société tout court.

    Dès 1838, bien avant la réalisation de l’unité italienne, le procureur général représentant à Trapani la justice du royaume bourbonien et napolitain des Deux-Siciles constatait « qu’il n’y a pas d’employé en Sicile qui ne se prosterne au simple signe d’un homme autoritaire et qui n’ait pensé tirer profit de sa charge. Cette corruption générale a conduit le peuple à recourir à des remèdes tout à fait étranges et dangereux. Il y a dans beaucoup de localités des fraternités, des sortes de sectes qui se disent des partis, sans réunions, sans autre lien que celui de la dépendance par rapport à un chef, qui est ici un propriétaire terrien, là un archiprêtre. Une caisse commune convient aux besoins, tantôt de faire un fonctionnaire, tantôt de le gagner, tantôt de le protéger, tantôt d’inculper un innocent. Le peuple en est venu à s’entendre avec les coupables. Lorsqu’il se produit des vols, on voit apparaître des médiateurs qui proposent des transactions pour la récupération des objets ou du bétail volés. Beaucoup de magistrats de rang élevé couvrent cette fraternité d’une protection impénétrable… Au centre de cet état de dissolution, il y a une capitale, avec son luxe et ses prétentions féodales en plein XIXe siècle. Une ville où vivent quarante mille propriétaires dont la subsistance dépend du luxe et du caprice des grands. Dans ce nombril de la Sicile [il s'agit de Palerme], on vend les charges publiques, on corrompt la justice, on fomente l’ignorance… »

    La réalité de la Mafia est, on le voit, antérieure au rattachement de la Sicile au jeune royaume d’Italie et c’est dans la tradition du banditisme local, parfois confondu avec la rébellion contre l’ordre établi, qu’il faut chercher ses origines, chez ces « primitifs de la révolte » si bien étudiés par l’historien britannique Éric Hobsbawm. Ce « temps des brigands » renvoie à la fin du XVIIIe siècle, à l’insurrection palermitaine de 1820, au soulèvement de 1848, au débarquement garibaldien de 1860 et à la révolte qui embrase de nouveau Palerme en 1866 et s’étend alors dans tout l’ouest de l’île, marquée par l’assassinat du commissaire de Monreale et par le massacre sauvage des carabiniers de Boccadifalco. La répression « piémontaise » permet de rétablir l’ordre, mais quand un groupe de parlementaires italiens se rend en Sicile en 1867 pour y enquêter sur l’insécurité qui règne dans l’île et sur l’hostilité manifestée par la population aux représentants du gouvernement de Florence, il constate que délinquance et dissidence politique sont nées de la désillusion des Siciliens, déçus par l’annexion au nouveau royaume. Ces mêmes députés n’emploient pas encore le terme de « Mafia » qui s’imposera ensuite et dont l’origine demeure mystérieuse, même si certains penchent pour une piste arabe : les musulmans venus de l’actuelle Tunisie ont occupé l’île au IXe siècle et n’en ont été complètement expulsés qu’au XIe, siècle à l’époque où Frédéric II de Hohenstaufen régnait à Palerme. Mafia viendrait de màhfal, qui désigne « l’assemblée », ou de mahyàs qui signifie « protéger » ou « défendre ».

    Il s’agit bien pour les Siciliens de se défendre face à un État qui impose une fiscalité beaucoup plus lourde que celle de l’ancien régime bourbonien, alors que les investissements décidés par le gouvernement installé à Florence puis à Rome vont en priorité au Piémont et à la Lombardie. Le débarquement à Marsala, en 1860, de « l’expédition des Mille » conduite par Garibaldi avait fait naître quelques espoirs de réforme agraire et de transformation sociale, mais l’immobilisme avait finalement triomphé et le député sicilien Francesco Crispi – qui se fera plus tard le champion malheureux de l’expansion coloniale italienne – n’hésitait pas alors à proclamer que la population insulaire détestait le gouvernement de Rome, qu’elle considérait comme bien pire que celui des Bourbons de Naples.

    La mise en place d’un « système parallèle d’autorité »

    Délinquance, brigandage et banditisme organisé se développent rapidement à partir de 1860. Les anciens partisans de Garibaldi refusent de revenir à la vie civile, quand ils constatent que la victoire de l’insurrection ne change rien à leur sort. Quand le nouveau royaume d’Italie veut imposer le service militaire à partir de 1861, de nombreux insoumis prennent le maquis et c’est dans ces marges sociales que la Mafia naissante peut recruter ses hommes de main.

    Comme l’explique Marie-Anne Matard, la meilleure spécialiste française de cette question, « l’Honorable Société n’est pas une simple association de hors-la-loi, mais une nouvelle structure de pouvoir. Alors que le fossé se creuse entre l’État italien et le peuple sicilien, elle se présente comme un « système parallèle d’autorité ». Directement issu des cadres préexistants de la vie politique et sociale, le nouveau pouvoir semble ainsi prolonger le féodalisme, très tardivement aboli en Sicile, lors de l’occupation anglaise, en 1812. Relayant les barons, les chefs mafieux incarnent d’abord et avant tout l’autorité locale, du pays ou de la région, et beaucoup sont plus respectés que les représentants du pouvoir central… » Pouvoir parallèle, la Mafia, étroitement liée aux classes dirigeantes siciliennes, entreprend rapidement de prendre le contrôle du pouvoir politique légal. Dans toute la Sicile occidentale, elle « fait » les élections et peut ainsi s’assurer complicités et protections au plus haut niveau de l’État. Sur le terrain local, les familles les plus importantes se partagent bourgs et régions et fournissent les médiateurs – petits notables, avocats, paysans aisés, régisseurs de glotti – qui recrutent selon leur bon vouloir la main-d’œuvre paysanne et qui gèrent les exploitations des grands propriétaires absentéistes en leur garantissant la pérennité de la rente foncière – sont des caciques locaux qui constituent l’armature principale de l’organisation mafieuse et assurent le contrôle social des masses rurales arriérées et soumises. Les délits commis par de petites bandes armées réunies autour d’un chef local persistent dans le dernier tiers du XIXe siècle, mais c’est une délinquance beaucoup plus organisée, créatrice d’une illégalité devenue structurelle, qui s’impose à cette époque et permet à la Mafia de renouveler régulièrement ses « hommes d’honneur » – en fait les hommes de main chargés des sales besognes – et ses cadres, transformés en paisibles notables prenant bien soin de ne pas afficher une fortune aussi soudaine que suspecte. L’abigeato, le vol des bovins, est alors une industrie nationale en Sicile, mais la Mafia contrôle également le commerce de la glace ou du café de contrebande importé de Tunisie et prélève un pourcentage sur les transactions foncières ou immobilières.

    Toutes les tentatives de l’État central pour venir à bout de ces diverses formes de délinquance échouent les unes après les autres, du fait de la résistance de la classe politique locale et des soutiens qu’elle s’est assurés à Rome. L’arrestation ou l’exécution du menu fretin des coupables ne changent rien à la situation et n’entament pas le pouvoir de l’Onorata Societa. La mainmise de celle-ci sur l’opinion insulaire est à peu près totale à la fin du XIXe siècle. Personne ne peut espérer gagner une élection sans le soutien de la Mafia et l’assassinat d’un maire de Palerme demeure impuni parce que les Siciliens unanimes prennent le parti du député accusé d’avoir commandité le meurtre. Celui-ci est d’abord acquitté pour vice de forme avant d’être finalement lavé de tout soupçon. C’est l’époque qui voit le savant ethnologue Giuseppe Pitré affirmer que « le mafieux n’est ni un voleur, ni un malandrin. C’est simplement un homme de valeur qui ne se laisse pas marcher sur les pieds ; dans ce sens, être mafieux est nécessaire, presque indispensable… » Très présente dans les rouages de l’État central, ce qui lui garantit une impunité à peu près totale, la Mafia peut aussi soulever l’opinion sicilienne contre ce même État s’il manifeste des velléités de rétablir la légalité.

    Mussolini contre la Mafia

    Prompts à se dresser contre le pouvoir de Rome, les mafiosi demeurent attachés à l’ordre social traditionnel et quand l’agitation révolutionnaire gagne la Sicile au lendemain de la première guerre mondiale, ils prennent clairement parti contre les paysans rebelles qui multiplient alors les occupations de terres. Au début des années vingt, ils font cause commune avec les premiers fascistes locaux, mais la situation change rapidement après l’instauration du régime mussolinien. On voit alors des politiciens libéraux comme Vittorio Emmanuele Orlando s’affirmer « mafieux et fier de l’être » et présenter l’Honorable Société comme un pôle de résistance nécessaire face à l’évolution autoritaire et liberticide du nouveau régime. Dans un discours prononcé à Trapani en 1924, Mussolini affirme qu’il ne tolérera plus que « quelques centaines de malfaiteurs détruisent, appauvrissent et rançonnent la population sicilienne ». Soucieux d’imposer son autorité et de conjurer tout danger séparatiste dans l’île, le Duce, qui veut « dépouiller cette association de brigands de toute espèce de poésie et d’attrait » et qui s’indigne que l’on parle de « la noblesse et de l’esprit chevaleresque de la Mafia » décide d’envoyer sur place en 1924, à Trapani puis à Palerme, un fonctionnaire intègre, le préfet Cesare Mori. Celui-ci emploie les grands moyens pour en finir avec le banditisme classique, notamment dans la région montagneuse des Madonies, dans l’arrière-pays de Cefalù. Carabiniers et miliciens fascistes quadrillent le pays, les familles mafieuses sont identifiées et leurs biens saisis, des centaines d’arrestations sont opérées. Mêlant répression et action psychologique en direction des populations, il obtient des résultats spectaculaires et la traditionnelle omertà, la loi du silence, ne protège plus toujours les chefs mafieux. Le marquage systématique du bétail, le licenciement de nombreux gabellotti, les enquêtes menées sur le patrimoine de certains suspects permettent alors de porter des coups très durs aux mafiosi. Mori est pourtant remercié en juin 1929, après avoir fait disparaître le banditisme classique de la « petite Mafia ». Cela suffit à Mussolini, satisfait d’être sorti vainqueur de cette épreuve de force, mais soucieux de s’attacher les notables siciliens qui, en adoptant la chemise noire, se sont indirectement mis à l’abri d’enquêtes trop poussées. L’Honorable Société n’est donc pas démantelée et la seconde guerre mondiale lui fournit rapidement l’occasion de retrouver tout son pouvoir.

    Dès la fin du XIXe siècle, la misère a poussé vers le Nouveau Monde de nombreux Siciliens, qui ont constitué à New York et dans d’autres grandes villes d’Amérique du Nord d’importantes communautés, bientôt mises en coupe réglée par des compatriotes entreprenants, soucieux d’assurer leur « protection ». Les années vingt et la prospérité qui les accompagne outre-Atlantique voient la Mano Nera du début du siècle remplacée par l’Union Sicilienne, ancêtre de la Cosa Nostra, au sein de laquelle s’illustrent de la manière que l’on sait, à la faveur de la prohibition, les Al Capone, Lucky Luciano, Vito Genovese, Frank Costello ou Joe Profaci.

    Dès 1942, les Américains se préoccupent d’un futur débarquement en Sicile et bénéficient dans cette perspective des conseils avisés de Lucky Luciano, l’un des plus célèbres mafieux des États-Unis qui, condamné à cinquante ans de prison, est libéré sur parole pour la circonstance. Quand le débarquement anglo-américain intervient en juillet 1943, les trois quarts des maires désignés par le gouvernement militaire allié mis en place dans l’île sont des mafieux notoires. Alors que l’incertitude demeure quant à l’évolution politique future de l’Italie, ces « notables » sont des interlocuteurs idéaux pour les Américains et ils leur réclament même la constitution d’une république sicilienne indépendante. La Mafia est derrière cette entreprise séparatiste qu’incarne alors Salvatore Giuliano. Accusé de marché noir, ce jeune paysan de Montelepre a tué un policier en septembre 1943 et a pris le maquis dans les montagnes voisines où de nombreux autres jeunes braccianti en situation très précaire le rejoignent au cours des mois suivants. « Bandit d’honneur », Giuliano n’hésite pas à attaquer les carabiniers et à faire bénéficier d’une partie de ses larcins les populations misérables de sa région, ce qui lui vaut d’acquérir un immense prestige. Durant l’été de 1945, des monarchistes soutenant le mouvement séparatiste le font « colonel » de leur Esercito Volontario di Independenza Siciliana (EVIS), mais l’octroi, en 1946, d’un statut d’autonomie à l’île prive les séparatistes du soutien populaire alors que la Mafia voit immédiatement le profit qu’elle peut tirer de la liberté d’action qui va désormais être la sienne dans le cadre de la nouvelle administration régionale.

    Les élections d’avril 1947, qui scellent l’échec du courant séparatiste, sont marquées par une forte poussée de la gauche, dans un contexte de bipolarisation avec la démocratie chrétienne. La Mafia a rapidement fait son choix, il s’agit maintenant pour elle de lutter contre la gauche et plus particulièrement, contre les communistes. Giuliano intervient dans la mise en œuvre de cette nouvelle stratégie. Le 1er mai 1947, il attaque un rassemblement de gauche à Portella della Ginestra et l’opération fait plusieurs victimes. D’autres actions analogues sont menées au cours des semaines suivantes. Mais Giuliano n’est en fait qu’un homme de main qui risque de devenir trop bavard et il est assassiné le 14 juillet 1950 par son frère d’adoption, Gaspare Pisciotta, qui mourra lui-même empoisonné en prison avant d’avoir eu le temps de faire des révélations gênantes.

    Alors qu’elle semble avoir perdu de son influence à la faveur de l’instauration du régime républicain, la Mafia établit en fait des liens étroits avec la démocratie chrétienne devenue le premier parti de Sicile. Elle peut ainsi intervenir dans l’administration de la région, dotée désormais d’une large autonomie et le système clientéliste qui faisait sa force est rapidement rétabli. La loi de réforme agraire de 1950 – dont l’application est contrôlée par l’administration régionale – permet toutes les spéculations en même temps que l’exercice de pressions sur les petits paysans qui doivent en bénéficier. La maîtrise de la création d’emplois publics – qui relève de l’autorité régionale – favorise également le clientélisme et contribue au développement de l’influence mafieuse. L’obtention des permis de construire, dans le contexte du boom immobilier de l’après-guerre – Palerme ayant été en grande partie détruite par les bombardements alliés – permet de privilégier les entreprises mafieuses, qui savent en retour se montrer généreuses quand vient le moment des campagnes électorales… L’expansion économique des « Trente Glorieuses » engendre des conditions favorables au développement des activités mafieuses. Racket, spéculation immobilière, contrebande de cigarettes et trafic de drogue deviennent des champs d’activité particulièrement rentables. Les « familles » s’entre-déchirent pour le contrôle de certains secteurs car la « Mafia des jardins » ou « des champs », très présente dans les orangeraies de la Conca d’Oro où elle contrôle le marché foncier ou l’irrigation, se heurte à la « Mafia des villes » ou « des chantiers », spécialisée dans l’immobilier et recyclant l’argent sale dans les chaînes de restaurants. Un blanchiment bientôt favorisé par l’instauration de la libre circulation des capitaux dans l’Europe en construction. De nombreuses victimes disparaissent alors et nul ne retrouve leurs cadavres, discrètement coulés dans le béton des immeubles en construction… L’extermination du clan Navarra, de Corleone, par Luciano Liggio est l’un des épisodes les plus sanglants de ces luttes sans merci.

    Elle devient une multinationale du crime

    La Mafia devient alors plus violente et plus que le pouvoir local ou la considération qu’il procure, c’est la richesse qui constitue l’objectif des nouvelles générations. Une « Mafia des chefs d’entreprise » véreux, organisée en une véritable multinationale du crime, se substitue désormais à la Mafia rurale issue des archaïsmes de la société sicilienne du XIXe siècle. Violence, intimidation, blanchiment des sommes astronomiques tirées des activités illégales et docilité des employés des entreprises mafieuses constituent des atouts considérables pour ces nouveaux capi, « chefs », qui n’ont guère de mal à prendre le contrôle de secteurs entiers de l’économie sicilienne ou italienne. La puissance financière, tirée du trafic de drogue, procure de nouveau les moyens de neutraliser pour une part l’État italien au sein duquel il devient possible d’acheter de précieuses complicités, ce dont témoignent les soupçons très sérieux qui se sont portés sur un Giulio Andreotti, président du Conseil à sept reprises et véritable centre de gravité du système politique transalpin pendant plusieurs décennies. La commission anti Mafia constituée au Parlement en 1962 n’a ainsi obtenu que de très modestes résultats et bon nombre de fonctionnaires, de policiers et de magistrats honnêtes ont payé de leur vie leur volonté de lutter sérieusement contre le crime organisé. La série d’assassinats qui a marqué les années 1970 et qui a culminé en 1982 avec les meurtres de Pio La Torre et du général Dalla Chiesa a cependant contribué à une évolution des esprits, surtout en Sicile où la Mafia ne peut plus bénéficier du consensus tacite qui lui garantissait une impunité à peu près totale. C’est désormais par la terreur qu’elle doit s’imposer, mais les enquêtes de magistrats tels que Giovanni Falcone et Ferdinando Imposimato permettent de lui porter des coups de plus en plus sérieux.

    Le procès de Palerme et la revanche des mafieux

    L’arrivée à Rome en 1984 de Tommaso Buscetta, extradé du Brésil, constitue un tournant dans la lutte contre la Mafia. Trafiquant de drogue et notable mafieux de grande envergure, celui-ci avait quitté Palerme en 1981 pour échapper aux tueurs de Michele et Pino Greco, les « nouveaux Corleonais ». L’assassinat de son beau-frère, de deux de ses fils, d’un de ses gendres et enfin de son frère – qui simple artisan, n’avait rien à voir avec la Mafia – le conduit à parler. À l’issue d’une confession d’un mois, trois mille carabiniers et policiers peuvent procéder, le 29 septembre 1984, à une rafle d’envergure qui permet d’arrêter plusieurs dizaines de mafieux immédiatement transportés vers les prisons du nord de l’Italie. Après Buscetta, Salvatore Contorno, l’un des rescapés d’une famille décimée par les « Corleonais », Vincenzo Sinagra et une vingtaine d’autres repentis vont permettre d’accumuler les preuves et en février 1986, quatre cent soixante-quinze inculpés, sur huit cent quarante, comparaissent devant le tribunal de Palerme. Celui-ci est en fait un véritable bunker où des mesures de sécurité exceptionnelles ont été prises : la seule construction des bâtiments a coûté cinquante quatre milliards de lires, soit un peu moins de vingt-huit millions d’euros. Le dossier d’instruction compte plus de huit mille pages, regroupées en quarante volumes et concerne près de cent homicides. Vingt-deux autres volumes rassemblent les pièces relatives aux comptes bancaires et au recyclage de l’argent sale. Deux mille policiers et carabiniers sont chargés de la protection du tribunal, des magistrats des témoins et de la quinzaine de familles de victimes qui ont eu le courage de se porter parties civiles, sans trouver un avocat sicilien acceptant de les défendre. Buscetta, dont une opération chirurgicale a modifié les traits, témoigne le 7 avril, hors de la vue des accusés et du public. Le procès traîne, car les mafieux et leurs avocats utilisent toutes les subtilités juridiques leur permettant de gagner du temps et le 7 octobre, la Mafia tue un enfant dont la famille, employée au nettoyage du tribunal, refusait de se laisser corrompre… Force reste pourtant à la justice et de lourdes peines de prison s’abattent sur les coupables, mais la Mafia n’est pas morte pour autant et sa vengeance sera terrai 1992, plusieurs centaines de kilos d’explosifs placés dans une canalisation sous le bitume de l’autoroute conduisant à l’aéroport de Palerme sont activées à distance ; les trois gardes du corps installés dans une première voiture sont tués sur le coup ; le juge Falcone et son épouse – dont le véhicule plonge dans le cratère de huit mètres de profondeur creusé par l’explosion – meurent au cours de leur transfert à l’hôpital. Le 19 juillet suivant, c’est le juge Paolo Borsellino – l’un des artisans du procès de Palerme de 1986 – qui est tué avec cinq autres personnes par l’explosion d’une voiture piégée. Le 21 juillet, lors de l’enterrement de Giovanni Falcone – qui a réuni quinze mille personnes à Palerme – de violentes manifestations éclatent. Le 27 juillet, c’est Giovanni Lizzio, chef de la cellule anti-racket de Catane, qui est abattu à son tour. Face à une opinion publique révulsée par ces attentats odieux, le pouvoir politique est contraint de réagir. Deux jours après la mort de Giovanni Falcone, Luigi Scalfaro est élu au seizième tour président de la République. Le 28 juin, après une crise ministérielle entamée depuis quatre-vingt-trois jours, Giuliano Amato constitue enfin un ministère. Le 7 août, un décret-loi anti-Mafia permet d’accélérer les procédures juridico-policières et accorde des pouvoirs exceptionnels aux magistrats engagés dans la lutte contre le crime organisé.

    Dès le 6 septembre, l’un des chefs de la Mafia, Giuseppe Madonia, est appréhendé et d’autres arrestations suivent. Peu de temps après, la campagne « mains propres » conduite par les juges contre la corruption – avec le soutien massif de l’opinion publique – permet, à la faveur des élections de juin 1993, la régénération d’un système politique italien aussi sclérosé qu’incapable et la justice peut ainsi marquer des points décisifs, alors que se mettent en place de nouveaux rapports de force électoraux dont font les frais les communistes à gauche et la démocratie chrétienne à droite.

    La lutte contre le crime organisé porte depuis régulièrement ses fruits, mais si des centaines de mafieux ont été arrêtés, dont les assassins des juges Falcone et Borsellino, les réformes de la justice qui sont aujourd’hui à l’étude en Italie risquent de remettre en question ce bilan positif. Elles sont envisagées dans la perspective de la défense des droits du citoyen contre l’arbitraire d’un juge, mais en autorisant par exemple – au nom du « soupçon légitime » quant à l’impartialité d’un magistrat – le déplacement d’un procès d’une cour vers une autre, elles pourraient offrir aux mafieux et à leurs avocats des moyens sérieux pour entraver l’action de la justice, ce qu’a récemment fait valoir Pier Luigi Vigna, actuel responsable de la Procura Nazionale AntiMafia.
    Philippe Conrad

    Septembre 2002
    Copyright Clio 2008 – Tous droits réservés
     
    Bibliographie

    La vie quotidienne de la mafia de 1950 a nos jours La vie quotidienne de la mafia de 1950 a nos jours
    Fabrizio Calvi
    Le livre de poche, Paris, 1993
    Meurtre imparfait. L'affaire Dalla Chiesa Meurtre imparfait. L’affaire Dalla Chiesa
    Nando Dalla Chiesa
    Diana Levi, 1984
    Les Hommes du déshonneur : La Stupéfiante Confession du repenti Antonio Calderone Les Hommes du déshonneur : La Stupéfiante Confession du repenti Antonio Calderone
    Pino Arlacchi, Françoise Brun
    Albin Michel, Paris, 1993
    Histoire de la Mafia Histoire de la Mafia
    Giuseppe Falzone
    Fayard, Paris, 1973
    La Mafia La Mafia
    Max Gallo
    Éditions Seghers, 1972
    Les primitifs de la révolte dans l'Europe moderne Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne
    Éric Hobsbawm
    Fayard, 1959
    L'irrésistible ascension de la mafia L’irrésistible ascension de la mafia
    Marie-Anne Matard
    L’Histoire, n°89, mai 1986
    blank

    filet
    blank

    Clio recrute  |  Stages  |  Espace conférenciers  |  Recommander ce site à un ami

    Clio, tous droits réservés (Copyright 2008), est éditeur de ce site. Dernière mise à jour le 22 mai 2008

    _uacct = « UA-90926-2″; urchinTracker();

  • Protégé : interface d’administration

    This content is password protected. To view it please enter your password below:

    AUTEUR

    EugeneMUTABARUKA

    Université Nationale duRwanda

    E-mail: mutabaruka112@yahoo.fr 




    topdrole |
    rondspoints |
    le bide d'or 2007 |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | fanette54
    | chipounette
    | tresorier